• Situé dans le département du Rhône (69), le Musée automobile Malartre de Rochetaillée est un lieu incontournable, plusieurs centaines de véhicules tous plus rares et désirables y sont stockés pour le plus grand plaisir des nombreux amateurs d'automobiles qui s'y rendent chaque année. De passage dans le département, je n'ai résisté à l'envie de m'y arrêter...et de vous le présenter!
     

    Autrefois propriété d'un riche particulier, l'imposant château et son inestimable collection fût à sa mort propriété de la ville de Lyon, qui a eu la bonne idée de continuer de l'ouvrir au public.
     

    En premier lieu, le musée retrace l'histoire des débuts de l'automobile, à une époque ou elle est encore un objet de luxe plus qu'un véritable moyen de transport fiable et généralisé. On apprend ainsi qu'en parallèle des voitures thermiques conventionnelles, d'autres solutions ont aussi été testées sans grand succès tel le charbon ou la voiture électrique (comme quoi l'idée ne date pas d'hier!) De superbes modèles tel cet exemplaire unique de Corre (artisan Français) modèle 1904 parachève l'exposition.
     

    Plusieurs salles sont même entièrement dédié aux cycles et aux motos, tous en parfait état de conservation. 
     

     En plus de l'enceinte du château, un vaste hangar divisé en deux parties abrite des productions plus moderne, comme cette belle Jaguar MKII entre autre. Toutes ont marquées l'histoire de l'automobile d'une manière ou d'une autre. 
     

    L'occasion d'admirer l'un des 1400 coupé Mercedes 300SL Gullwing produit entre 1954 et 1965, une des plus belle voiture jamais construite. 
     

    Présente également dans le musée, l'incontournable Ford T qui a démocratisé l'automobile en la rendant accessible à tous
     

    En plus de quelques raretés, comme la Papamobile Renault Espace ou une imposante Packard, on notera la présence de quelques modèles de course comme cette Gordini 1952 (n°604) et plusieurs Formule 1. 
     

    Rescapée miraculeuse du deuxième conflit mondial, cette Mercedes blindée de 400cv fût l'une des voiture de parade du leader Nazi Adolf Hitler. Prise de guerre d'une division blindée Française, elle fût donnée au général Leclerc qui s'en débarrassa rapidement! De nombreux impacts de balles témoigne de sa robustesse! 
     
     
    Belle surprise que ce musée de l'automobile qui abrite une collection unique. Pour un tarif correct, ce lieu a tout du sanctuaire pour les fans de voitures! On vous le recommande vivement sur NS-T! 
     
    Hugo.G


    votre commentaire
  • A partir des années 80 jusqu'à la fin des années 90, Peugeot aura beaucoup contribué à la démocratisation d'une discipline très en vogue à l'époque: le Rallye. La saga commence à la fin des années 1980 où le Rallye Français prend une dimension plus raisonnable: fini les Groupe B et autre groupe 4, où les voitures sont jugée trop puissante et dangereuse. La réduction des coûts et des chevaux sous le capot sont les maîtres mots, et les Groupe A et groupe N prennent une grande importance et se veulent plus accessible financièrement. Un espoir malheureusement déçu pour les pilotes amateurs: difficile de trouver une voiture à la fois peu chère, moderne et apte à courir sans modifications lourde. C'est dans ces circonstances que Peugeot lança en 1988 la 205 Rallye, une sorte de 205 GTI dépouillée et flanquée d'un 1294cm3 de 103ch spécialement étudié pour concourir dans la catégorie des moins de 1300cm3 du grN! Le prix compétitif de 70.000 francs  participa à la grande popularité de l'engin qui tira sa révérence en 1992, rattrapé par les nouvelles normes antipollution drastiques...
    Une année plus tard, en 1993, contre toute attente, Peugeot réitère l'expérience, et charge cette fois la petite 106 d'entretenir la flamme PTS. La recette reste la même, le moteur aussi, mais il se modernise en adoptant une injection à la place des antédiluviens carburateurs, il perd 3 chevaux au passage
     
    À l'époque la 106 est un sacré ovni et se trouve sans concurrence. En 1996, la firme Sochallienne profite du restylage de son best-seller pour greffer à la 106 Rallye un nouveau bloc 1600cm3 et un intérieur moins austère qu'auparavant. C'est ici un exemplaire de 1998 (la dernière année de production) que j'ai choisi de vous présenter. 
    Jugée moins radicale que la Phase 1, car plus embourgeoisée,  la Phase 2 reste néanmoins une sacré sportive amusante à conduire et plus facile à appréhender que son aînée.  
     

    890 kg pour 103 chevaux, ce sont les caractéristiques de cette phase 2. Ajoutez à cela un châssis sport incisif, une belle plastique avec des extensions d'ailes, une calandre couleur carrosserie et un habitacle attrayant: vous obtenez la parfaite petite sportive de l'époque! Disponible seulement en trois couleurs (Bleu, Blanc et Noir, cette dernière étant soi-disant la plus rare..) au prix de 82.000 francs d'époque soit environs 12.500€ (une somme!), cette 106 fût écoulée à environs 3200 exemplaires, cette source n'ayant pas été confirmée par Peugeot. 
    Notons le bel état de conservation de cet exemplaire qui totalise 129.000km. Il est important de signaler qu'environs la totalité des modèles vendus sont maintenant ravagé par le tuning ou la compétition, ce pour quoi elle était destinée c'est vrai. 
     

    Dépouillé mais plus chaleureux qu'auparavant, l'habitacle ne décevra pas les plus exigeants. Au programme: siège sport semi baquets bardé des couleurs PTS, moquette bleu vif, des comptes tours bleu Jaeger et des vitres électriques, ESP, Direction assisté et même Airbag conducteur. Il faut signaler que ces équipements sont présents seulement sur les Version "Confort" de la 106 Rallye. Une autre version baptisée "Sport" (plus rare et recherchée) dépourvue de superflu ayant été prévue pour la compétition. Particularité des "Rallye" par rapport aux autres 106 "sportives" (la XSI et la S16 ndlr), la présence d'une boîte courte parfaitement étagée. 
     

     On pousse même le détail très loin en ajoutant un petit sigle "Rallye" juste au dessus du vide poche. De quoi vous plonger dans l'ambiance... 
    Dans l'ensemble, la finition et les plastiques ne déçoivent pas. Ils durent bien dans le temps si l'on en prend soin. 
     

    L'avis du propriétaireOlivier: "Je recherchais depuis longtemps une sportive des années 80 n'ayant pas pu à l'époque conserver ma Golf 2 GTI qui m'a laissé de très bon souvenirs. Mon choix s'orientait plutôt sur une 205 GTI 1.6l mais trouver un exemplaire d'origine et en bon état à un prix abordable s'est vite avéré impossible. Le hasard a fait que j'ai croisé la route de cette 106 Rallye de 1998 en exellent état d'origine et bien entretenue. Après l'avoir essayé, je n'ai pas hésité une seule seconde: je l'avais déjà adoptée! Au quotidien, c'est une voiture très agréable à conduire, qui se réveille et se fait entendre à la demande. Avant 4500 tr/min, elle se révèle agréable et souple, mais passé ce cap, le moteur se met à rugir pour atteindre des sommets à 6500-7000 tr/min! La puissance et la tenue font de cette voiture un véritable bijoux. L'intérieur est de bonne facture, et les sièges procurent un bon maintien. Dans la rue, elle attire les regards!"
     

    Encore trop "jeune" pour prétendre au statut de sportive de collection, la 106 Rallye fera son trou en collection d'ici plusieurs années. Si la phase 1 commence doucement à voir ses prix grimper, la phase 2 quand à elle garde une côte stable: environs 4000-4500 euros pour une voiture "propre", entièrement d'origine et relativement peu kilométrée. Fuyez à tout prix les voitures bidouillée, qui sont légion sur les petites annonces. Récente et bien traitée, la rouille n'est pas à craindre sur les bas de caisses. Cherchez plutôt à déceler des traces d'accidents (châssis déformé, peinture fraîche...) en emmenant la belle sur pont. 
     
    Ses +: -Châssis fabuleux 
               -Moteur rageur 
                -Polyvalente au quotidien 
                -Sportivité accessible 
                -La dernière sportive Française vraiment radicale
     
    Ses -: -rare d'origine et en bon état
              - suspensions raide 
              -Quoi d'autre??
              
     
    Simple de conception, robuste, hargneuse, agile et légère: la 106 Rallye fût la dernière véritable représentante des petites sportive chez Peugeot, et de la saga PTS. Avec rien, on a l'impression de tout avoir...
    Et si c'était elle la sportive idéale? Pour son propriétaire cela ne fait aucun doute, je commence moi aussi à y croire! 
     
    Texte et photos Hugo.G pour Youngtimers 
     
    Merci à Olivier de sa gentillesse et de la mise à disposition de son véhicule pour la séance photo


    votre commentaire
  • Fleuron de la vague des petite sportives légère des années 80, la 205 GTI incarne plus qu'une simple marque, elle représente toute une époque et toute une philosophie: celle des GTI! Certes, elle n'est pas la pionnière du genre, c'est bien sûr Volkswagen qui le premier osa adjoindre à son best seller, allias la Golf, trois petite lettre magique et un bon 1800cm3 de 112ch qui la transformait radicalement, le tout pour un prix abordable. 
    Mais c'est seulement en 1984 que la 205 homonyme vit le jour. Un châssis joueur, un comportement sain accouplé a un moteur 1580 cm3 de 105ch pour 850 kg: La première des GTI en imposait, et ce, malgré un léger déficit de puissance par rapport à la concurrence. 2 ans plus tard en 1986, Peugeot fait taire les critiques en poussant son 1.6L à 115ch. Dans le même temps, une version 1.9L, affichant 130ch fait son apparition. C'est à ce moment là que la 205 GTI deviendra "la" référence en terme de sportivité. 
     
     Voici une 205 GTI, en version 1.9L, apparue en décembre 1986. Malgré sa ressemblance indéniable avec la version 1.6L, la 1.9L GTI se distingue de celle par quelques petits détails, hormis le logo de custode signé "1,9L GTI" on remarquera les belles jantes spécifique de 15' (de "grosses jantes" pour l'époque!) une sellerie redessinée pour l'occasion et une nouvelle boîte 5 (code BE1-5). Ça n'est pas grand chose mais dans les année 80, on s'en contentait avec grand plaisir! D'ailleurs, la finition intérieur faisait référence, même si il ne résiste pas souvent très bien à l'épreuve du temps.
     

    Le 1.9L (1905 cm3) de 130 chevaux transcendait la petite Sochallienne, certes, 15 chevaux supplémentaires, cela peut paraître superflu, surtout que la voiture arrive à 895 kg, mais le couple est plus généreux et les relances sont meilleures qu'avec la 1.6L.
    En fait ce sont deux voitures très différente mécaniquement parlant: l'une (la 1.6L) est nerveuse d'entrée de jeu, très joueuse grâce à son train arrière qui décroche assez vite mais l'autre (la 1.9L) est plus adapté à une utilisation quotidienne. En effet à bas régime, elle est silencieuse et agréable, et son comportement est plus feutré mais dès qu'on écrase la pédale de droite elle révèle un tempérament bouillant et il faut vraiment la pousser "au taquet" pour qu'elle avoue ses limites, et là, ça ne pardonne pas! Au fossé!
     

     Ce bel exemplaire gris de 1986 a fière allure malgré ses 189.000kms au compteur! On remarquera le remarquable état de conservation et d'authenticité de ce modèle, même si les initiés aurons remarqué la présence de clignotants blanc apparu seulement en 1990 (anomalie que je me suis empréssé d'aller faire remarquer à son propriétaire qui ignorait ce détail) ceux d'origine étant orange.
     

     Au fil des années la 205 GTI est passée du statut de bonne à la casse à celle de véritable mythe! Cette formule qui paraissait désuète à l'aube des économies d'énergie et des moteurs diesels est aujourd'hui reconnue à sa juste valeur.
    C'est vrai qu'elle fait rudement envie cette GTI! Tellement envie que sa côte est passé d'à peine 1500€ il y a une dizaine d'années à environ 8500€ aujourd'hui pour un très bel exemplaire de 1.9L, entièrement d'origine et bien entretenu cela va de soi. Pour une 1.6L en très bel état, il faut espérer 6500€, pas moins. Il est toutefois à préciser que malgré une production presque égale à 300.000 exemplaires en Europe, les belles GTI se font très rare (tuning, coursification ou voitures "pliées"), ce qui explique en partie cette envolée des prix. La majorité des voitures à vendre sont loin d'être parfaite et il faut se méfier des trop bonne affaires. L'idéal est de se faire épauler par un connaisseur lors d'un éventuel achat, car la belle a ses défauts (rouille, train arrière...) pas facile à déceler au premier coup d'oeil.  
     
    Ses +: -Look sympa 
               - moteur rageur
               - comportement rassurant
               - valeur sûre
               - "LA" GTI reine
               
    Ses - : - côte élevée
               - rare en bon état et d'origine
               - pièces de rechange chères à défaut d'être disponible
               - Train arrière (maladie des 205 GTI)
              
     
    Merci au club des Mécanique de L'ondaine et au sympathique propriétaire de cette belle GTI!  

    Au passage, bon anniverssaire à la Peugeot 205 GTI, elle a 30 ans!  

    Texte et photos Hugo.G pour Youngtimers


    votre commentaire
  • 1968, une année particulière pour la marque au Lion. 
    Dans les années 60 dans l'hexagone, si l'on voulait acheter une auto, on en achetait très souvent une Française. Pourquoi cela? Souvent par simple patriotisme, mais aussi parce que la concurrence étrangère était peu diffusée, et parfois même, elle n'inspirait pas confiance.
    C'est pour cela que les années 1960 sont des années prospères pour les constructeurs Français, et ils sont peu à se partager le marché. On peut même citer les principaux constructeurs: Citroën, Renault (la régie nationale), Simca et Peugeot. Cette dernière marque connait des temps particulièrement favorable (malgré les malheureux événements de Mai 1968) : A peine sortie, la classique mais moderne 204 trouve son public, La 304 prévue pour 1969 s'annonce prometteuse, seulement la 404, brillante mais vieillissante, commence à manquer de souffle. 
    C'est dans cette optique qu'est créée la 504, une berline familiale homogène mais cruellement classique (coffre a malle, 4 cylindre gourmand, peu d'équipement...), dans les standard de la marque.
    Seulement la 504 ne se résume pas à la berline, des variante Break et Pick-Up sont également lancée peu après, mais une est particulièrement remarquable par son dessin: le coupé 504.
    Présentation avec NS-T et Hugo.G, votre rédacteur auto.   
     

    Voici la Peugeot 504 coupé, ce superbe exemplaire est un exemplaire de deuxième série, reconnaissable à ses phares avant et arrière monobloc et rectangulaire. Ce qui impressionne d'abord à la vue d'un coupé 504, c'est sa ligne: superbe, pure et homogène, mais en rien futuriste ou avant gardiste: c'est la caractéristique de la Firme Sochalienne, qui peut être perçue comme une qualité dans le cas de la version coupé. A sa présentation en 1969, le coupé fût présenté avec un moteur quatre cylindres injection 1798 cm3 104 ch DIN, dérivé de la version TI de la berline. Ce dernier fût épaulé en 1975 par un V6 plus puissant (2664cm3 pour 136, puis 144ch)
     


     C'est vu de l'arrière que le coupé 504 est surement le plus remarquable. Le profil incliné du pavillon rajoute une allure racée et élégante à la voiture. Le prix d'époque du coupé 504 est nettement supérieur à celui de la berline, ce tarif est justifié par un intérieur soigné bien que classique et d'un confort routier élevé, sans parler de la belle carrosserie soulignée par des peintures metalisée rare à l'époque.
    Notez la double sortie d'échappement et la prise d'air sur le capot, spécifiques à la déclinaison V6. 

    Étonné d'une si belle carrosserie sur une Peugeot? Pas tant que cela quand on sait que la 504 coupé a été dessinée en Italie chez Pininfarina, une splendide version cabriolet a même vu le jour en même temps que le coupé. 
    Contrairement à ce que l'on pourrait penser, ça n'est pas la première fois que le célèbre carrossier Italien s'est illustré chez Peugeot: Il a contribué à la réalisation de la rarissime 404 coupé. 
    Les carrosseries de 504 coupé furent assemblées en Italie, dans les ateliers Pininfarina. 
     

    Sous le capot, on retrouve le V6 PRV (Peugeot-Renault-Volvo) de 144 ch DIN ayant équipé quelques célébrités tels L'Alpine A310 ou la Renault 30. Fiable et coupleux, il est aussi pataud et très glouton, la consommation descendant rarement en dessous des 11L/100km. 
    Plus recherché, la version V6 de la 504 coupé en état de marche se négocie au alentour des 6500€, tandis qu'une 4 cylindres injection tourne autour des 5800€. La 504 coupé fût produite à 26476 exemplaire entre 1969 et 1983. 
     
    Porte drapeau d'une marque en pleine confiance, la 504 coupé incarne en 1969 le luxe à la Française. Ligne réussie, finition soignée et pièce commune à la berline furent les clefs de son succès, limité c'est vrai à cause en partie de son tarif qui dissuadait certains acheteurs. 
     
    Article et photo Hugo.G pour NS-T auto. 


    votre commentaire
  • Salut à tous!
    Aujourd'hui dans la rubrique auto Vintage NS-T,découverte (ou redécouverte) d'une auto française innovatrice et originale,surprenante pour l'époque, cette auto c'est la Renault 16, présentée en 1965, elle a été produite à presque
    190000 exemplaires.
    Photo et article Hugo.G
     
    Voici la Renault 16, son style tranche avec les classiques de l'époque, comme la Peugeot 504, sa principale rivale de même catégorie (berline). C'est un modèle de première génération, datant d'avant 1975. Le look de cette R16 est reconnaissable entre tous: calandre plongeante, feux carrés cerclés de chrome, profil de citadine allongée, coffre a hayon (et non une malle). La grande caractéristique de la R16, tout à son avantage, réside dans le fait qu'elle possédait un nombre impressionnant d'équipements moderne pour l'époque comme le verrouillage centralisé, un toit ouvrant électrique, une boîte 5 rapports, commandes électriques... des équipements que l'on retrouverait aujourd'hui dans n'importe quelle voiture low-cost mais qui faisait rêver à l'époque..
     

    Voici une Renault 16 de seconde génération, reconnaissable à sa calandre devenue plastique. Cette même  Renault, élue voiture européenne de l'année 1966 plaisait aussi pour sa modularité, un de ses atouts majeur. La R16 consommait peu grâce à des moteurs performants et à un poids de 1000 kg. La commercialisation de la R16 s'arrête en 1980, elle est remplacée par le duo Renault 20 et Renault 30. 
     
    En bref, la Renault 16, avant-gardiste et originale, plait à certain par son style unique, son dessin bien pensé et sa modularité sans faille, c'est peu être justement cette originalité trop prononcé qui en fait aujourd'hui une voiture souvent  boudée des collectionneurs. Elle vous plait? A partir de 1600 euros...
     
     
    Merci à tous!
    Hugo.G   


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique