• Entre exotisme et fraîcheur

    En attendant la fin du Tour du Qatar dont la douzième édition a été lancée dimanche, retour sur deux courses qui ont occupé le centre des attentions ces derniers jours : la première édition du Tour de Dubaï ainsi que la traditionnelle Etoile de Bessèges.

    Taylor Phinney Tour de Dubaï
    Taylor Phinney a le sourire aux lèvres: il a enlevé la première édition du Tour de Dubaï.
     

    Taylor Phinney comme on l’aime

    imagesCAYZY0EXL’américain n’a pas déçu sur le Tour de Dubaï et a confirmé tous les espoirs placés en lui. En quête d’une classique, il a remporté la première édition du Tour de Dubaï grâce à un chrono réussi. Dès la première étape, il a mis les Tony Martin et Fabian Cancellara très loin de lui, sans doute que les gros rouleurs n’étaient pas encore dans le bain. Lors des trois étapes qui suivaient, il a su être vigilant pour ne pas perdre son maillot de leader. Doté d’une assez bonne pointe de vitesse pour sa carrure de coureur de contre-la-montre, il a réussi à contenir les sprinteurs. Mais les yeux étaient surtout tournés vers un seul sprinteur. Alors que Mark Cavendish et Peter Sagan n’étaient pas en jambes, Marcel Kittel, lui, n’a pas raté ses débuts. Il a réalisé un coup parfait en enlevant les trois étapes en ligne de ce premier Tour de Dubaï sans avoir été inquiété. Il n’a laissé aucune miette aux autres et se classe sixième au général dans le même temps que Fabian Cancellara, cinquième, derrière Tony Martin. Après Taylor Phinney, le podium est complété par son coéquipier de la BMC, Steven Cummings, et la surprise Lasse Hansen (Garmin-Sharp), auteur d’un très bon chrono à seulement 21 ans. L’américain montre enfin toutes ses qualités et aura à cœur de remporter une classique, sans doute sa préférée, Milan-San Remo, avant de se concentrer sur le Tour de France, l’un de ses objectifs.

    Ludvigsson a attendu le bon moment

    imagesCAQAW7O0La 44ème édition de l’Etoile de Bessèges ne marquera pas les esprits mais aura vu des coureurs tels que Nacer Bouhanni, Bryan Coquard ou encore John Degenkolb. Mais lors de la première étape, les sprinteurs se font avoir par un groupe d’échappés que Sander Helven règle au sprint. Il prend le maillot de leader auquel il s’attache. Ni Nacer Bouhanni, vainqueur de la deuxième étape devant Degenkolb, ni Bryan Coquard, vainqueur des troisième et quatrième étapes, ne pourront le lui enlever. Ce dernier a cependant brillamment réussi sa course avec deux bouquets au compteur dont un enlevé au terme d’une arrivée légèrement en montée, prouvant qu’il est un sprinteur tout terrain.  Lors du contre-la-montre final, les français sont bien placés, mais le premier d’entre eux, Jérôme Coppel (Cofidis), échoue à quatre secondes du vainqueur et prend la deuxième place du général. Ce vainqueur, c’est un coureur de Giant-Shimano (ex Argos-Shimano). Il s’agit de Tobias Ludvigsson qui  a attendu le bon moment pour chiper le maillot de leader à Sander Helven qui termine dixième du classement final. John Degenkolb, lui, se classe troisième.

    imagesCAD6G7UF
    Vainqueur de deux étapes, Bryan Coquard a réussi sa mission, et de quelle manière !

    Nico


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :