• Etape 14: Grenoble-Risoul

    Au lendemain d'une étape difficile remportée par Vincenzo Nibali, les coureurs s'attaquent à un autre gros morceau, la deuxième et dernière étape des Alpes. Nibali peut encore y écraser la concurrence là où les écarts devraient être grands.

    profile_Tour_2014_stage_14
    Le profil de la quatorzième étape du Tour de France 2014 entre Grenoble et Risoul.
     
    14ème étape: les grands noms des Alpes
     

    53d01

    L'Isère et les Hautes-Alpes regorgent de cols mythiques connus de tous. Aujourd'hui, le parcours est mélangé entre légendes et nouveauté. Les légendes, ce sont les deux cols du Lautaret et d'Izoard. Nous dépasserons pour la première fois depuis le début du Tour de France les 2000 mètres d'altitude. Le col du Lautaret a son sommet quasiment situé en milieu d'étape après un début de course pas si simple que cela. Les seuls hectomètres de plat seront pour le sprint intermédiaire situé à Bourg-d'Oisans où le peloton frôlera l'Alpe-d'Huez, grimpé deux fois l'an passé. Par la suite, ce sera soit de la montée soit de la descente. Aucun répit pour les 173 rescapés de ce Tour de France qui a vu quatre de ses participants s'en aller hier, trois abandons et un hors-délais. Après la descente du Lautaret, les cyclistes se présentent devant le mythique col d'Izoard, point culminant de cette Grande Boucle. L'oxygène se fait rare au sommet qui pointe à 2360 mètres d'altitude et où le souvenir Henri Desgrange sera distribué pour le premier qui passera l'Izoard après une pente irrégulière sur la première partie puis une deuxième assez sévère qui pourrait faire la sélection. La descente longue et technique de ce col hors-catégorie, le deuxième depuis le départ de Leeds, emmènera le peloton vers la montée finale de cette quatorzième étape, la nouveauté du jour. Les habitués du Critérium du Dauphiné Libéré la connaitront mais pour le Tour, la montée vers Risoul est inédite. 12,6 kilomètres à 6,9% avec les trois derniers kilomètres à 8% de moyenne environ. La pente sera régulière mais assez raide. La deuxième partie sera l'endroit où les favoris pourront s'expliquer à moins que l'un d'entre eux ne se sentent en grande forme pour attaquer de loin ce qui semble inimaginable avec ce profil spectaculaire.

    Le favori:

    IMG_4015

    Joaquim Rodriguez. Toujours muet depuis le début du Tour de France, Joaquim Rodriguez a tenté un coup sur la Planche des Belles Filles où il n'a pas réussi à ramener le bouquet qui attendait le vainqueur d'étape mais le maillot à pois de meilleur grimpeur. Il l'a perdu hier et compte bien le récupérer aujourd'hui avec les nombreux cols prévus. S'il n'a pas montré une forme étincelante dans la montée finale de Chamrousse, il pourrait attaquer aujourd'hui pour reprendre sa tunique à pois rouges et pour, pourquoi pas, faire partie de l'échappée gagnante qui va au bout. Avec sa facilité en montagne, il en serait le grand favori pour devenir le grand gagnant de l'étape du jour. Il voudra aussi se faire pardonner après la disqualification du champion de Russie, Alexander Porsev, arrivé hors-délais après avoir travaillé une grande partie de l'étape pour Purito qui n'a rien tenté au final, provoquant la colère d'Alexander Kristoff.

    Nico


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :