• Opposés au Costa Rica, les Pays-Bas ont bien failli passer à la trappe. Résumé du dernier quart de finale, qui n’a pas été de tout repos.

     

    pc2
     
    Navas a longtemps dégouté les attaquants adverses.

    pc1Après une phase de poule impressionnante (victoire 5-1 sur l’Espagne, 3-2 sur l’Australie et 2-0 sur le Chili), les Pays-Bas ont eu plus de mal à se défaire du Mexique en huitième de finale. Les coéquipiers de Dirt Kuyt ont arraché la qualification dans les dernières secondes grâce à un pénalty controversé. En face le Costa Rica est l’équipe surprise de ce Mondial 2014. Les costariciens ont terminé premiers du groupe D, devant l’Italie, l’Uruguay et l’Angleterre. En huitième ils ont dominé la Grèce même s’ils ont du passer par la séance de tirs au but (1-1 score final). Bref un favori de la compétition rencontrait un outsider surprenant pour un choc en quart de finale de la Coupe du Monde. Le début match est tendu et c’est normal vu l’enjeu mais rapidement cela se débride. Navas doit s’employer face à Van Persie puis Sneijder qui avait bien suivi (22’), le portier de Levante qui réalise déjà une grande Coupe du Monde va écoeurer les attaquant hollandais tout au long de la soirée. Il empêche Depay d’ouvrir le score d’une frappe placée puis enlève le ballon de la lucarne sur un coup franc de Sneijder : certainement la plus belle parade de ce Mondial. La première mi-temps s’achève donc ainsi, le Costa Rica défend et compte sur les arrêts de son gardien. Pourtant la seconde période est plus poussive pour les Pays-Bas, Bolanos délivre un super centre pour Gonzalez mais ce dernier ne cadre pas sa tête : c’est un avertissement, le Costa Rica est capable de faire un véritable hold-up. Nouveau coup franc pour Sneijder qui enroule magnifiquement sa balle, poteau ! Le ballon revient sur Robben mais il ne parvient pas à cadrer… (82’). Van Persie essaie à son tour de tromper Navas avec une frappe lourde mais le gardien de Los Ticos détourne encore la tentative (84’). Les hollandais poussent, Van Persie rate l’immanquable après un beau service de Sneijder, qui est décidément omniprésent (88’). Dans les arrêts de jeu, Van Persie voit sa frappe être boxée par Navas avant que l’improbable de ne produise. Sur un long ballon dans la surface costaricienne le ballon heurte la barre, est contré, puis dégagé sur la ligne par Tejada ! Incroyable mais le score est de 0-0 à la fin du temps réglementaire, il faudra en passer par des prolongations. Et le sketch recommence, les Pays-Bas sont ultras-dominateurs. La tête parfaite de Vlaar est repoussée par Navas (93’). Attention tout de même, les néerlandais commencent à se fatiguer et les costariciens sont encore tout fraîs. Bolanos puis Urena sont tout tout proche d’ouvrir le score dans les dernières minutes de la prolongation avant que Sneijder ne touche la barre tranversale ! Incroyable spectacle à Salvador : le Costa Rica tient en échec les Pays-Bas jusqu’au pénaltys. Mais un détail important intervient. Van Gaal, le coach des « Oranjes » a fait un changement quelques secondes avant la fin du match : sortir Cillissen pour faire rentrer un autre gardien Krul (voir photo). Ce dernier va être le héros de la séance de « coup de pied de but ». Borges et Van Persie marque, 1-1. C’est au tour de Ruiz, le capitaine costaricien, de se présenter. Double buteur dans la compétition il échoue : Krul sort la parade. Robben, Gonzalez, Sneijder, Bolanos et Kuyt marquent : 4-2. Umana doit transformer la sentence pour rester en vie mais Krul sort l’arrêt parfait et envoie son équipe en demi-finale ! Une qualification méritée mais acquise dans la douleur. Le Costa Rica s’arrête en quart de finale, le meilleur résultat de son histoire. Les Pays-Bas affronteront l’Argentine au prochain tour. 

    Anto.


    votre commentaire
  • L'Allemagne peut se montrer cruelle dans ce Mondial mais elle est quand même d'un réalisme froid qui a paralysé tout le Brésil hier. Privés de Neymar et Thiago Silva, les hommes de Luis Felipe Scolari ont sombré, victimes de la nouvelle pire humiliation de l'histoire du football brésilien.

    c9055330-06ee-11e4-95ae-33ddfd2d124d_000_DV1813529
    La force collective allemane a frappé, le Brésil et son peuple sont à terre, voyant leur rêve de sixième étoile leur échapper.
     
    Brésil 1-7 Allemagne: la débâcle du "Mineirazo"
     

    le-bresil-en-pleurs-apres-son-humiliation_5

    Après toute la pression engrangée durant les cinq premiers matches, les brésiliens arrivaient pourtant confiants avant cette demi-finale. Même sans Neymar et Thiago Silva, ils pensaient réellement pouvoir battre la Nationalmanschafft. Mais tout ne s'est pas passé comme prévu. On peut être éliminé, mais de là à être humilié à ce stade de la compétition même par l'Allemagne, il faut sacrément avoir décroché. Le pays brésilien est en deuil, le pire est qu'il pensait pouvoir se débarrasser du traumatisme de 1950 contre l'Uruguay, le Maracanazo, cette année en s'imposant chez eux. Mais cette tragédie va désormais passer inaperçue tant la défaite contre l'Allemagne hier soir passe pour être humiliante à un seuil très élevé. Toute la Seleçao essaie de trouver le pardon de ses supporters, Scolari ne trouve pas d'explication à cette déroute. Nous savions tous que le Brésil n'avait pas été fringants depuis le début du tournoi, mais de là à le quitter sur un match fantôme où l'Allemagne se croyait à l'entrainement ou en balade dans la forêt, personne n'arrivera à donner une explication conrète. De son côté, l'Allemagne est euphorique, presque déjà championne du monde. C'est un luxe d'éliminer le pays hôte, mais lui infliger une correction telle qu'hier, c'est un "orgasme" pour les journalistes allemands. Il faut dire qu'en 2006, l'aventure allemande dans "son" Mondial s'était arrêtée au même stade contre l'Italie (0-2). Après trois échecs aux portes de la consécration en 2002, 2006 et 2010, l'Allemagne sentait que c'était l'année pour réaliser son rêve de quatrième étoile, qui plus est dans le pays du football. Mais hier, pas de samba, la bière a coulé à flot devant la démonstration des hommes de Joachim Löw, portés par un excellent Toni Kroos, homme du match. C'est lui qui offre le premier but pour Thomas Müller, sur corner, offrant un caviar au bavarois, seul, qui ajuste Julio César d'une reprise du droit. Le second but, il rajoute un peu d'Histoire à cette rencontre historique. Miroslav Klose profite d'une combinaison des siens aux abords des 18 mètres, pour conclure en deux temps devant le portier 

    klose-entre-dans-l-histoire-en-devenant-le-meilleur-buteur-de-l-histoire-du-mondial-avec-16-realisations-photo-afp-adrian-dennis

    brésilien. Il entre dans la légende en devenant le meilleur buteur de l'histoire de la Coupe du Monde en détrônant le brésilien Ronaldo et ses 15 buts. Appelons désormais ce but de Klose, le 16ème but. Après ce but, la sélection auriverde sort du match et ne trouve plus les moyens de continuer à espérer une finale. Toni Kroos inscrit un doublé en trois minutes, tout d'abord sur une frappe limpide du gauche à l'entrée de la surface, puis sur une récupération dans le camp brésilien, suivie d'un une-deux avec Khedira avant le quatrième but. Cela ne s'arrête pas là puisque ce dernier participe à la fête en inscrivant à la 29ème minute de jeu un cinquième but. Quatre buts en six minutes, un symbole fort qui montre que les brésiliens ont totalement craqué. Au retour des vestiaires, la Seleçao revient avec de meilleures intentions et se procure de nombreuses occasion dans un temps fort entre la 50ème et la 60ème minute. Mais elle oublie que l'Allemagne ne possède pas qu'une attaque de feu, elle a aussi un gardien en feu qui repousse toutes les tentatives adverses. De son côté, la Nationalmanschafft poursuit sur sa lancée en ajoutant un sixième but grâce à André Schürrle. Entré en jeu, le joueur de Chelsea apporte sa pierre à l'édifice en inscrivant un doublé. Bien servi par Lahm, il conlut de près d'un plat du pied droit plein de sang froid à la 69ème minute de jeu. Puis, dix minutes plus tard, il est à la réception d'un service en or de Müller, contrôle du pied droit et enchaine avec un tir du gauche dans un angle fermé qui trouve tout de même le chemin du but avec l'aide de la barre transversale. Oscar réduira bien la marque, cela n'empêchera pas que les brésiliens n'oublieront jamais ce revers historique, le plus lourd jamais encaissé par une Seleçao. Les hommes d'un Luis Felipe Scolari vivement critiqué pour ses choix doivent retrouver des forces pour disputer la petite finale de samedi. Ils connaitront leur adversaire ce soir, après le match entre l'Argentine et les Pays-Bas. L'Allemagne est qualifiée pour la finale au plus grand bonheur de tout un pays. Elle fait maintenant figure d'épouvantail pour l'affrontement de dimanche où elle part favorie après sa démonstration de force d'hier.

    Nico 


    votre commentaire
  • Face à une Allemagne cruellement efficace avec un Neuer solide derrière, la France a montré peu de chose pour prétendre à une place dans le dernier carré. Elle est donc éliminée et c'est l'Allemagne qui affrontera le Brésil.

    1272542-27442547-1600-900
    Grise mine du côté des bleus, le capitaine Hugo Lloris en premier, après l'élimination en quarts de finale contre l'Allemagne. Antoine Griezmann est même en pleurs et doit être réconforté par plusieurs tricolores.

    France 0-1 Allemagne: toujours le même refrain

    911278516_B973082504Z.1_20140704200406_000_GH92P5GUC.3-0Les allemands, nos ennemis de toujours, ont encore pris un malin plaisir à nous éliminer. Il aura suffi d'une erreur d'inattention pour qu'ils nous inscrivent le seul but de la rencontre. Treizième minute de jeu, après une faute de Pogba sur Schweinsteiger, Toni Kroos envoie son coup franc sur la tête de Mats Hummels qui dévie la balle qui entre dans le but avec l'aide de la barre transversale. Ouverture du score qui intervient tôt mais une réaction trop tardive. Les bleus ont été trop imprécis dans le dernier geste pour effrayer des allemands très bien regroupés dans leur camp et qui ont longtemps mis en échec les offensives de leurs adversaires. Trop discret, Karim Benzema n'a pas eu l'influence qu'il avait en début de Mondial. Que ce soit la maladresse (7e) ou un Neuer solide (90+4), le madrilène ne marquera pas son quatrième but, son compteur restant bloqué à trois. Mais le portier allemand n'a pas seulement écoeuré Karim Benzema, à la 34ème minute de jeu, il a repoussé une reprise de Mathieu Valbuena bien servi par Antoine Griezmann, l'une des rares occasions tricolores dans ce match. Les jeunes pousses françaises ont sans doute été trop timides face aux allemands et si Neuer a dû intervenir parfois, cela ne fut pas dangereux comme une tête de Varane ou une reprise de Matuidi. A force de pousser pour revenir, les bleus se sont exposés aux contres des allemands qui auraient pu alourdir l'addition à l'image de Schürrle qui a manqué à dix minutes de la fin une balle de match devant un Lloris impeccable sur sa ligne. Une dernière frappe de Benzema au bout du temps additionnel repoussée par une main ferme de Neuer et l'équipe de France quitte la compétition en ayant eu du mal contre l'Allemagne, encore une fois supérieure en Coupe du Monde. Mais comme on le sait, à la fin c'est l'Allemagne qui gagne.

    Du moins bien collectivement

    France-Allemagne-gueule-de-bois-coupe-du-monde-680x502Ce fut dur sous la chaleur du Maracana pour les bleus qui ont eu énormément de mal face au pressing allemand. Les offensives ont été rares et la défense advserse n'a jamais été vraiment inquiété. Le milieu de terrain n'a pas été influent ce qui nous laisse quelques regrets concernant cette élimination. Mais même si l'on sort de la compétition, on peut être fiers de tout le parcours réalisé, de tous les frissons que les bleus nous ont fait passer, de toute la joie qu'il nous ont apportée. Malgré la tristesse, l'équipe de France a retrouvé le coeur des français, comme les français ont retrouvé leur équipe nationale. On ne peut dire qu'un grand merci aux joueurs de Didier Deschamps et, jeunes qu'ils sont, ils vont arriver encore plus expérimentés à l'Euro 2016 qui se déroulera en France qui plus est. Notre jeune et talentueuse génération sera attendue mais nous savons que l'on peut compter sur elle. Je vous propose alors pour la dernière fois de ce Mondial 2014, de découvrir les notes des joueurs de l'équipe de France.

    Les notes:

    Hugo Lloris: 6.

    Mathieu Debuchy: 5.

    Raphaël Varane: 5,5.

    Mamadou Sakho: 6.

    Patrice Evra: 6,5.

    Blaise Matuidi: 6.

    Yohan Cabaye: 6.

    Paul Pogba: 5.

    Mathieu Valbuena: 5,5.

    Karim Benzema: 3,5.

    Antoine Griezmann: 5,5.

    Nico


    votre commentaire
  • Un jour après l'équipe de France, la jeune et prometteuse équipe de Belgique a chuté sur le plus petit des scores qu'a préservé l'Argentine après le but prématuré de Gonzalo Higuain. En demi-finales, les coéquipiers d'un Di Maria sorti sur blessure affronteront les Pays-Bas ou le Costa-Rica.

    fa2e8c4385712f9a1d24c363a2cbe5b8-1404584225
    La détresse du capitaine Vincent Kompany devant des argentins euphoriques et qualifiés sur la plus petite des marges.
     
    Argentine 1-0 Belgique: pas si diaboliques que ça
     

    1021965_quarts-de-finale-argentine-belgique-1-0-mt-ARGENTINE-BELGIQUE-050714-241234_660x316p

    A l'expérience ou au métier, à chacun son expression. Il n'empêche que tout le monde se rejoindra pour dire que les argentins ont parfaitement su gérer leur quart de finale où il y a eu du jeu mais seulement deux ou trois occasions. Et sur la première d'entre elles, à la 8ème minute de jeu, Gonzalo Higuain frappe un grand coup. Muet depuis le début de la compétition, le napolitain allume une première mèche qui fait mouche. Alors que Di Maria veut servir Pablo Zabaleta, la balle est contrée et arrive sur Higuain qui ne se pose pas de question et envoie une demi-volée de toute beauté dans le petit filet. Décidément, sur ces trois premiers quarts de finale, toutes les ouvertures du score sont intervenues dans le premier quart d'heure. Mais par la suite, le jeu est haché et la Belgique a du mal face à une Albiceleste qui se contente de ce but inscrit. En seconde période, les hommes de Sabella doivent néanmoins élever leur niveau de jeu face à des Diables rouges qui se mettent à pousser. Higuain est proche du doublé dix minutes après le retour des vestiaires mais, après un petit pont sur Vincent Kompany, il tire sur la barre transversale de Thibaut Courtois. La rencontre prend une nouvelle tournure mais l'Argentine, solide en défense, offre peu d'option aux belges qui se découvrent. Au bout du temps additionnel, Messi est lancé dans la profondeur et se présente seul devant Courtois qui remporte impeccablement son duel grâce à une très bonne sortie. Une dernière reprise signée Axel Witsel, au-dessus, fera passée des frissons du côté argentin mais les coéquipiers de Lionel Messi peuvent exulter au coup de sifflet final devant des belges déçus à qui il aura manqué de l'expérience. Seul point noir pour Sabella et les siens, la sortie sur blessure d'Angel Di Maria en première période. Si on a pensé au pire, le madrilène n'est pas sûr pour la demi-finale où l'Argentine sera opposée aux Pays-Bas ou au Costa-Rica.

    Nico


    votre commentaire
  • "Sonhos de Brasil", les rêves du Brésil en français, sont permis. En éliminant la Colombie en demi-finale les brésiliens se rapprochent un peu plus de "leur" finale. Résumé d'une rencontre vraiment superbe.

    thiago
     
    Capitaine chahuté Thiago Silva a mis le Brésil sur de bons rails face à la Colombie.
     
    Brésil 2-1 Colombie : Quel match!
     

    ts

    La mission des 23 brésiliens emmenés par Felipe Scolari est clair : remporter une sixième étoile, la première dans leur pays. 200 millions de supporteurs n'attendent que ça et ne veulent même pas entendre parler d'un scénario différent. La pression est donc très grande pour la Selecao à tel point que l'état moral de ses joueurs a beaucoup inquiété entre les deux matchs. On connaissait déjà les critiques autour du niveau de jeu de Fred mais désormais les journalistes brésiliens et ceux du monde entier ce sont attaqués (pas toujours à juste titre) à d'autres éléments du système de l'équipe quintuple championne du Monde. A commencer par les défenseurs latéraux Marcelo et Daniel Alves. Il est vrai que leur rendement n'est pas celui attendu, ils jouent trop haut, ne font pas tout les efforts, sont parfois transparents et font beaucoup de fautes d'innatention. Pour preuve les 3 buts concédés par le Brésil viennent des côtés. Les critiques et les constatations sont allées bon train et Daniel Alves en a fait les frais puisqu'il ne figurait pas dans le Onze de départ face à la Colombie (Maicon le remplaçant). Mais le plus gros des questions se concentraient sur un seul homme : le capitaine Thiago Silva. Après son cracage nerveux lors de la séance de tirs aux buts face au Chili au cours duquel il a demandé à son sélectionneur de tirer qu'après Julio Cesar (en 11ième position sur 11 donc) les brésiliens lui reprochait de "ne pas avoir assumé son rôle de capitaine" et de ne pas s'être "conduit en homme". Un capitaine et une équipe sous pression qui sont obligés de faire appel à une psychologue cela contraste avec le calme des colombiens. Ces derniers viennent tout juste de réaliser leur meilleur parcours de leur histoire en Coupe du Monde et sont portés par leur bijou James Rodriguez. L'absence de Falcao ne semble jamais avoir existée. Des Cafeteros sûrs de leur forces et sans complexe qui vont subir un mauvais coup dès le début de la rencontre puisque Thiago Silva ouvre le score sur corner (1-0, 7e voir photo). Le défenseur du PSG répond et envoi un signal fort : le Brésil est présent. La Colombie réagit dans la foulée mais la frappe de Cuadrado frôle le poteau droit de Julio Cesar (11'). Les colombiens font peur offensivement mais les brésiliens continuent de pousser et produisent un vrai beau jeu. Hulk et Oscar butent sur Ospina (20'). Hulk se met encore en évidence mais sa frappe est complétement dévissée, le score à la pause est donc de 1-0 pour un Brésil convaincant mais la Colombie a son mot à dire. La seconde période est plus hachée, Thiago Silva reçoit un carton jaune qui l'empêche de disputer la demi-finale (!). Yepes égalise quelques secondes plus tard mais il est signalé hors-jeu à juste titre. Le match va basculer à la 69ème minute lorsque David Luiz envoie un coup franc de plus de 34 mètres directement dans la lucarne d'Ospina (2-0). Un but incroyable qui fait chavirer le Brésil dans un vent de folie. Neymar aurait même pu mettre un coup de couteau fatal mais sa frappe manque de peu le cadre (73'). Ce match est décidement fou car les colombiens obtiennent un pénalty 5 minutes plus tard quand César fauche Bacca dans la surface. James s'élance et le transforme (2-1, 78') ! La jeune star inscrit son 6ième but du Mondial et fait entrer son nom parmi les plus grands. La Colombie est même toute proche d'égaliser quelques instants plus tard mais Bacca ne trouve pas le cadre sur une tête compliquée. Le match vire encore lorsque Neymar est obligé de sortir sur civière à cause de son dos, un dos dans lequel Zuniga est venu planter son genou. On ne sait pas encore exactement dans quel état physique se trouve le chouchou des brésiliens. Les 5 minutes de temps additionnel ne changeront rien : le Brésil est en demi finale! Enfin la Selecao a fait plaisir à voir et nous a offert un superbe match grâce, également, à la complicité de colombiens qui ont montré un visage conquérant et, une fois de plus, impressionant. Brésil - Allemagne comme demi, sans Thiago Silva mais avec le retour de Luiz Gustavo (quid de Neymar?). 

    Anto.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique