• Grâce à une égalisation miraculée de Varela au bout de la nuit, le Portugal peut encore croire à la qualification mais elle semble bien compromise. Les USA n'en sont plus très loin des huitièmes et se préparent à un dernier choc contre l'Allemagne.

    3944081_egalisation_640x280
    Les coéquipiers de Cristiano Ronaldo ont eu du mal dans la chaleur de Manaus contre des américains supérieurs.
     
    Etats-Unis 2-2 Portugal: le Portugal au pied du mur

    Portugal-tete-basse

    Quasiment sortis de la compétition, les portugais faisaient grise mine au moment de retourner dans les vestiaires malgré l'égalisation de Varela dans les dernières secondes. Tout avait bien commencé pour eux pourtant. Dès la cinquième minute de jeu, Nani profite d'une erreur de Cameron sur une passe de Miguel Veloso pour affronter Tim Howard et le battre d'une frappe sous la barre. Cueillis d'entrée, les américains ne se laissent pas dominer et ce sont eux qui se créent de bonnes occasions par la suite sans cadrer leurs frappes comme Dempsey qui frôle le cadre sur un coup franc à la treizième minute. Trois minutes plus tard, après Hugo Almeida et Fabio Coentrao lors du premier match, Helder Postiga sort sur blessure au profit d'Eder. C'est donc un nouveau coup dur pour Paulo Bento qui vit un Mondial compliqué. 32ème minute de jeu, Johnson déboule sur son couloir droit, crochète, puis frappe du gauche, laissant de marbre Beto mais ne cadrant pas son tir. La fin du premier acte est portugaise et Tim Howard doit s'employer tout d'abord sur un tir de Nani qui trouve le poteau deux minutes plus tard avant qu'Eder ne mette à contribution le portier adverse une nouvelle fois. A la pause, le Portugal relance le suspense dans ce groupe G mais elle va très vite déchanter. Jürgen Klinsmann a visiblement remobilisé ses troupes durant la mi-temps et dix minutes après le retour des vestiaires, Johnson affronte en duel Howard mais sert en retrait Michael Bradley qui a le but grand ouvert pour égaliser mais Ricardo Costa réalise un retour salvateur pour dégager sur sa ligne. Neuf minutes plus tard, la fougue américaine va faire craquer la défense portugaise. Jermaine Jones profite d'un corner mal repoussé pour enrouler une frappe du droit magnifique qui permet aux Etats-Unis de revenir dans la partie. Deux minutes plus tard, le Portugal profite de la déconcentration du groupe américain après l'égalisation pour réagir par l'intermédiaire de Raul Meireles qui sollicite un Tim Howard impérial sur sa ligne. Mais à dix minutes de la fin, l'inévitable Dempsey enfonce le Portugal. Sur un centre en retrait de Yedlin, Bradley reprend du droit mais se fait contrer avant que Yusi ne serve son capitaine qui achève Beto de la poitrine. Les hommes de Paulo Bento sont sonnés après avoir mené puis s'être fait repasser devant. Si Cristiano Ronaldo manque le cadre sur une tête quelques minutes avant le temps additionnel, il est présent pour adresser un centre au cordeau à destination de Varela qui sauverait presque l'honneur des siens en égalisant durant la cinquième et dernière minute de temps additionnel de la tête. Le Portugal doit croire en un miracle avant d'affronter le Ghana pour un dernier match que l'on n'oserait pas qualifier de si décisif que ça. En même temps qu'une large victoire contre les Black Stars, ils doivent espérer une large défaite américaine contre l'Allemagne. Mais si l'on regarde bien, le Ghana ne se laisse pas faire et les hommes de Jürgen Klinsmann sont transcandés au moment de jouer pour leur équipe nationale. Grâce au nul de leur prochain adversaire, l'Allemagne, la patrie de leur entraineur, les américains peuvent même croire en la première place du groupe, de quoi laisser présager un France-Etats-Unis en quarts de finale...

    Nico


    votre commentaire
  • La seconde journée du Groupe F a permis à l'Argentine de valider son ticket pour les huitièmes tandis que la Bosnie a dit adieu au Mondial, ce qui permet au Nigéria d'être dans la meilleure position pour se diriger vers la suite de la compétition. Résumé.

     

    wc &
     
    Argentine - Iran : L'Albiceleste a eu chaud.
     

    mesi

    Décidement l'Argentine a du mal à démarrer dans ce Mondial. Poussifs mais gagnants face à la Bosnie (2-1) les argentins présentait leur meilleur dispositif pour affronter l'Iran, la nation la plus faible de leur groupe mais qui a obtenu un match nul au courage face au Nigéria (0-0). Di Maria, Higuain, Aguero et Messi assuraient l'animation offensive tandis que la défense retrouvait son système à 4 joueurs. Pour l'anecdote le barcelonais Javier Mascherano fêtait sa 100ème sélection. Tout les supporteurs du stade de Belo Honrizonte, et tout les amateurs de foot, pensaient à une large victoire de l'Argentine mais c'était sans compter sur la combativité défensive iranienne ainsi que sur la difficulté à se trouver dans les 20 derniers mètres côté argentin. Si Higuain est le premier à inquiéter Haghighi (14') l'Argentine peine à se créer des occasions. Aguero (22') puis Rojo (23') seront les deux autres possibilités de l'Albiceleste en première période. L'Iran, par Hosseini, est proche d'ouvrir le score juste avant la pause. En seconde période, le manque d'idées des argentins est flagrant. Les joueurs ne se comprennent pas et les actions se terminent souvent par une passe dans le vide. Hormis une frappe de Lionel Messi et quelques centres l'Albiceleste ne parvient pas à faire mal à son adversaire. Et c'est même l'Iran qui, par trois fois, passe non loin de l'ouverture du score : la tête de Reza est repoussée par Romero avant que celle de Dejagah ne frôle la barre, enfin ce même Dejagah voit Romero détourner sa frappe du but. L'arbitre de la rencontre aurait même pu siffler un penalty pour l'Iran sur une action litigieuse de Gago sur Reza. Finalement la délivrance viendra dans la temps additionnel lorsque Léo Messi prend les choses en main. Le buteur et capitaine de cette sélection argentine se joue de deux défenseurs avant d'enrouler sa frappe du pied gauche pour trouver le petit filet d'Haghighi (1-0, 90+1). Ce but magnifique donne la victoire à l'Albiceleste et la qualifie pour les huitièmes de finale. Déjà décisif face à la Bosnie où il avait inscrit un but sensationnel, Lionel Messi s'impose en vrai leader et réussit son début de Coupe du Monde au niveau comptable malgré deux matchs moyens. L'Argentine devra hausser son niveau de jeu pour espérer aller au bout de la compétition tandis que l'Iran ne méritait pas une telle fin de match.
     
    Nigéria - Bosnie : Les Super Eagles volent vers les huitièmes.
     
    spAprès une performance en demi-teinte face à l'Iran (match nul sur le score de 1-1), le Nigéria n'avait plus le choix face à la Bosnie. Cette dernière restait sur une défaite pas forcément méritée contre l'Argentine et semblait être favori pour la seconde place du groupe, un match la mettait même en position très favorable. Ce statut, les bosniaques l'assument clairement. Dzeko ouvre le score après 20 minutes de jeu mais l'arbitre de la rencontre refuse le but pour un hors-jeu inexistant. Le buteur de Manchester City ne laisse pas abattre pour autant puisque 5 minutes plus tard il se retrouve de nouveau face au portier nigérian Vincent Enyeama mais ce coup-ci il voit sa frappe être détournée. Ironie du sort, le Nigéria va réagir par Emenike côté droit. L'avant centre élimine Emir Spahic grâce à sa vitesse et sert Peter Odemwingie seul à 6 mètres des buts. L'ex joueur de Lille ne se fait pas prier et crucifie Begovic, 1-0 pour les Champions d'Afrique (29'). La Bosnie est assommée et plus rien ne se passe jusqu'à la mi-temps. La réaction attendue n'arrivera pas et ce sont même les Super Eagles qui sont les plus dangereux mais Begovic veille et repousse les assaut par deux fois. Dans le temps additionnel la Bosnie est toute proche de marquer ce but qui lui permettrait de rester en vie, mais la frappe de Dzeko déviée par Enyeama termine sur le poteau! Une occasion que les bosniaques regretteront sûrement tout comme leur but injustement refusé. Le match se termine à 1-0 ce qui élimine la Bosnie de Safet Susic et permet au Nigéria d'être le mieux placé pour prendre le second ticket qualificatif pour les huitièmes de finale (les nigérians sont donc les potentiels adversaires de l'Equipe de France au prochain tour). 
     
    1- Argentine 6pts (+2)
    2- Nigéria 4pts (+1)
    3- Iran 1pt (-1)
    4- Bosnie 0pt (-2)
     
    Prochains matchs : 
     
    Argentine - Nigéria
    Iran - Bosnie
     
    Anto.

    votre commentaire
  • L'Allemagne a déçu pour son deuxième match après avoir étrillé le Portugal. En revanche, le Ghana s'est réveillé même si cela n'a pas suffi au terme des 90 minutes époustouflantes de cette rencontre qui s'est achevée sur un match nul 2-2.

    655909-l-attaquant-allemand-miroslav-klose-marque-contre-le-ghana-son-15e-but-en-phase-finale-d-une-coupe-d
    L'Allemagne est menée à vingt minutes du terme mais soudain, Miroslav Klose surgit, esseulé au second poteau sur un corner, pour inscrire son quinzième but en Coupe du Monde, égalant le record de Ronaldo.
     
    Allemagne 2-2 Ghana: pour le plaisir des yeux

    ghana21062014-600x390

    A la suite du match catastrophique des ghanéens contre les Etats-Unis (1-2), nous ne les pensions pas capables de tenir tête à la puissante Nationalmanshafft qui venait d'écraser le Portugal. Pourtant, si l'Allemagne a été méconnaissable, le Ghana aussi. Métamorphosé, il aurait pu créer la surprise en dominant des allemands empruntés qui s'en sont remis au quinzième but de Miroslav Klose en Coupe du Monde, soit autant que le record de Ronaldo. La première période est fermée mais on sent des ghanéens beaucoup plus fringants que leurs adversaires. Effctivement, ils obtiennent deux occasions franches mais Manuel Neuer répond présent. Le portier bavarois doit d'abord s'interposer sur une frappe de Christian Atsu à la 13ème minute de jeu, puis sur une nouvelle frappe lointaine de Sulley Muntari à la 32ème minute de jeu. A la pause, l'Allemagne n'a encore rien montré mais elle est capable de faire basculer la rencontre en un éclair de génie. 51ème minute, sur une passe lumineuse de Tomas Müller, Mario Götze marque avec de la chance le premier but du match en touchant le ballon de la tête puis du genou avant qu'il ne rentre. Mais trois minutes plus tard, le Ghana répond de la meilleure des manières par André Ayew. Ce dernier est à la réception d'un centre de Harrison Aful et devance Mustafi qui ne saute même pas. La tête du marseillais ne laisse aucune chance à Manuel Neuer qui s'incline sur sa droite. A la 63ème minute de jeu, les Black Stars, que l'on retrouve réellement lors de ce match, ne se contentent pas du point du nul. Sur une récupération de balle au milieu de terrain, Sulley Muntari lance immédiatement Asamoah Gyan qui n'est pas en position de hors-jeu. L'ancien rennais se retrouve alors en duel avec Neuer qu'il trompe d'une frappe croisée de l'intérieur du pied droit dans le petit filet. Seulement trois minutes plus tard, Jordan Ayew fait la différence sur son couloir gauche et a deux coéquipiers avec lui contre deux défenseurs allemands. Mais il fait l'erreur de choisir l'action individuelle au détriment du collectif. Manuel Neuer s'empare sans soucis de la balle sur la frappe trop molle du ghanéen. Cette erreur coûte chère aux hommes de Kwasih Appiah qui se font rejoindre au score par l'inévitable Miroslav Klose, toujours au bon endroit dans une surface de réparation. Sur un corner de Toni Kroos, Benedikt Höwedes dévie la sphère de la tête et trouve au second poteau Klose qui du pied droit égalise pour l'Allemagne, mais égalise aussi Ronaldo en terme de buts marqués en Coupe du Monde, quinze, après Gyan qui a rejoint Roger Milla en haut du classement des meilleurs buteurs africains en Coupe du Monde. Rattrapés au score, les ghanéens font le forcing face à des allemands qui poussent pour inscrire un troisième but, chose qu'ils ne réaliseront pas, les obligeant à tout donner lors du dernier match contre les Etats-Unis de Jürgen Klinsmann. Ces derniers auront l'occasion cette nuit de passer en tête du groupe G en cas de victoire contre le Portugal, prochain adversaire du Ghana qui n'aura pas le droit à l'erreur. 

    Nico


    votre commentaire
  • Deuxième journée et deuxième balade pour des bleus qui prennent de plus en plus de confiance. Face à la Suisse, ils ont été impressionnants, balayant leur voisin sur le score de 5-2. Si les deux buts suisses auraient pu être évités, ils n'enlèvent en rien à la prestation magique de l'équipe de France, vous avez bien entendu ? L'EQUIPE de France.

    3939995_650-491677703-542013-01-02
    La joie du clan français et de Didier Deschamps en tête après l'ouverture du score d'Olivier Giroud félicité par tout le groupe.
     
    Suisse 2-5 France: la leçon à la française

    giroud-et-valbuena-ont-tous-les-deux-inscrit-un-but-pour-la-france-face-a-la-suisse-photo-afp

    Sixième au classement FIFA, la Suisse a perdu toute crédibilité en se faisant écraser par "l'ouragan bleu" selon le 20 Minutes. Alors que nous craignions les hélvètes, alors que cette rencontre était présentée comme le choc pour la première place du groupe E, celle-ci a vite tourné court grâce à des Bleus déchainés et affamés sur chaque ballon. Dès la sixième minute de jeu, Karim Benzema donne le ton en envoyant une frappe enroulée frôler la lucarne de Diego Benaglio. Prévenus, les suisses perdent quelques secondes plus tard leur pilier de la charnière centrale, von Bergen, qui se fait cisailler le front sur un choc avec Olivier Giroud. Cette sortie prématurée fait mal à la défense suisse qui encaisse l'ouverture du score sur un corner de Yohan Cabaye dix minutes plus tard. Effectivement, sur le corner, Giroud se détend parfaitement pour cadrer sa tête. Gêné par Rodriguez, Benaglio ne peut que toucher cette balle sans empêcher qu'elle ne rentre. Sonnés, les hommes d'Ottmar Hizfeld encaissent un deuxième but dans la foulée. Sur l'engagement, au bout de deux trois passes, Valon Behrami passe en retrait mais trouve Karim Benzema qui amorce un contre rapide et fatal. L'attaquant français sert Matuidi sur la gauche qui marque dans un angle fermé. En deux minutes, les Beus ont quasiment tué le match mais ils ne vont pas s'arrêter là. Entre temps, la Suisse se réveille un peu, Xhaka inscrivant un but refusé pour hors-jeu à juste titre et Mehmedi sollicitant Hugo Lloris. Si l'attaque hélvète semble réagir, la défense, elle, reste plantée sur le terrain sans rien faire. A la 32ème minute de jeu, alors que Benzema n'a pas de solution et qu'il est excentré sur la gauche de la surface, Djourou le fauche sans raison provoquant un penalty indiscutable. Le numéro 10 des Bleus veut le transformer mais Diego Benaglio s'y oppose avant que Cabaye ne trouve la barre transversale à bout portant. Ce n'est que partie remise pour la France qui va éclairer l'Arena Fonte Nova de Salvador de Bahia sur un contre supersonique. Giroud est d'abord en défense pour repousser tout danger sur un corner. Benzema est alors en possession du ballon qu'il donne à Varane qui alerte...Giroud venu faire l'effort pour proposer une solution en attaque. Le Gunner trouve alors Mathieu Valbuena sur un centre à ras de terre, ce dernier concuant du pied gauche dans la lucarne. A la pause, l'addition est lourde pour la Suisse, disparue de la circulation, mais elle aurait pu être encore plus salée si Benaglio n'était pas là notamment pour repousser un tir de Valbuena en fin de première période. Les supporters français, eux, ne sont pas déçus et ils vont être à la fête encore lors du deuxième acte. Les hommes de Didier Deschamps laissant le ballon à l'adversaire, la Suisse se crée quelques situations chaudes mais c'est l'équipe de France qui va marquer la première en deuxième mi-temps. 67ème minute de jeu, Paul Pogba, qui a remplacé quelques minutes plus tôt Olivier Giroud, trouve d'un extérieur du pied droit lumineux Karim Benzema, récompensé de ses efforts en marquant le quatrième but français. Xhaka aura l'occasion de réduire la marque sur corner mais sa tête trop croisée passera à côté du but. Non, il n'y a pas de place aux suisses pour l'instant et Moussa Sissoko en profite pour participer au festival des Bleus. Décalé sur la droite par Benzema, il croise son tir pour trouver le petit filet de Benaglio abandonné par sa défense. Par la suite, les tricolores ne sont plus aussi concentrés et ont surtout perdu Mamadou Sakho à la 66ème minute de jeu sur blessure. Finalement, il n'y aura rien d'alarmant concernant le défenseur de Liverpool. A la 81ème minute de jeu, Dzemaili trompe Lloris sur un coup franc aux trente mètres qui transperce le mur français pas exempt de tout reproche. Six minutes plus tard, Xhaka, lancé par Inler, bat le portier français d'une belle reprise du gauche. Mais ces deux buts ne suffisent pas à cacher l'insuffisance suisse durant ce match. Les hélvètes auraient même pu encaisser un sixième but signé Karim Benzema si l'arbitre de la rencontre avait laissé les 22 acteurs sur la pelouse quelques secondes de plus. Il n'empêche que les hommes de Hizfeld joueront leur qualification contre le Honduras et sont, en attendant, troisième du groupe E. Il faudrait une catastrophe pour que la France ne soit pas en huitièmes. Il reste maintenant aux Bleus de confirmer la première place du groupe.

    Du grand art messieurs !

    france-benzema-2

    L'équipe de France a retrouvé son public et l'esprit collectif. Tous les Bleus ont été impliqués et appliqués lors de la puissante victoire contre la Suisse. Pourtant, Didier Deschamps avait décidé d'opérer deux changements par rapport au onze qui avait débuté contre le Honduras. Depuis, le sélectionneur tricolore ne le regrette pas. Olivier Giroud, déçu de ne pas débuter le premier match, avait l'occasion de prouver à son entraineur de quoi il était capable. Au final, s'il a été le premier à être remplacé, il a marqué un but et réalisé une passe décisive. Présent dans le pressing, il sera tout au long de la compétition en concurrence avec Antoine Griezmann. L'autre changement, c'est Moussa Sissoko à la place de Paul Pogba, sous le coup d'une suspension à laquelle Yohan Cabaye n'échappera pas. S'il a du mal en club (Newcastle), l'ancien toulousain prend un plaisir fou à jouer sous le maillot français. Buteur hier soir, il a réalisé une grosse performance au milieu de terrain, bloquant les passes interlignes suisses. Sinon, c'était du classique. Lloris, qui a encaissé deux buts, n'a pas fait le boulot quand il fallait le faire mais il faut dire qu'il ne pouvait pas faire grand chose sur les deux actions. En défense, blessé, Sakho a dû quitter le terrain plus tôt que prévu. Mais il semble bien que c'est sa sortie qui a perturbé l'équipe de France en fin de match. Avec Varane, ils ont réussi leur premier vrai test durant ce Mondial. Les deux latéraux sont restés un peu plus sur la défensive que lors de la précédente rencontre face au Honduras même si cela est resté efficace. Cabaye, suspendu, pourra au moins se reposer lors du prochain match. Il a beaucoup donné durant ces deux rencontres comme son compère Blaise Matuidi, buteur, et qui s'implique énormément aussi bien défensivement qu'offensivement en étant à l'origine du cinquième but des Bleus. Devant, enfin, Karim Benzema et Mathieu Valbuena n'ont pas baissé le pied. Ils sont tous les deux buteurs et le madrilène a même pu délivrer deux passes décisives. Avant le troisième et dernier match de poules contre l'Equateur, la France a fait preuve d'une grosse force collective et prend confiance, montant en puissance match après match. Je vous propose maintenant de découvrir les notes attribuées aux Bleus par la rédaction sportive de Newschool-Toofu.

    Les notes:

    Hugo Lloris: 5,5.

    Mathieu Debuchy: 6,5.

    Mamadou Sakho: 6,5.

    Raphaël Varane: 6,5.

    Patrice Evra: 6,5.

    Blaise Matuidi: 8.

    Yohan Cabaye: 6,5.

    Moussa Sissoko: 7.

    Mathieu Valbuena: 8,5.

    Karim Benzema: 8,5.

    Olivier Giroud: 8,5. HOMME DU MATCH.

    Nico


    votre commentaire
  • Avant de revenir sur la performance de l'équipe de France, voici le résumé de la rencontre Honduras-Equateur qui a accouché de la victoire des équatoriens à qui il reste encore une chance de qualification pour les huitièmes de finale. En revanche, cela se complique pour le Honduras.

    _75706911_450958018
    Le numéro 13, nombre porte-bonheur de la Tri avec un Enner Valencia en état de grâce. Il a pour l'instant inscrit tous les buts de son équipe depuis le début du Mondial 2014. Il en est aussi à 7 buts en 6 matches avec son équipe nationale.

    Honduras 1-2 Equateur: La Tri n'a pas dit son dernier mot

    honduras-1-2-equateur_bygibik828em1uwlqmuwzpz8tElle revient pourtant de loin La Tri. Menée d'un but, elle a su rapidement réagir pour l'emporter et se relancer dans la course à la qualification pour les huitièmes de finale. Ce sont les équatoriens qui obtiennent la première occasion de la rencontre. Après vingt minutes de jeu, Enner Valencia, buteur contre la Suisse, est alertée dans la profondeur par une superbe ouverture de Guagua mais il perd son duel face à Noel Valladares en manquant le cadre de peu. Si l'Equateur se montre dangereux, c'est le Honduras qui va conclure en premier. Trois minutes après un coup de tête à côté de Bernardez, Costly profite d'un contre favorable pour battre à l'entrée de la surface Dominguez d'une reprise du gauche. Peu après la demi-heure de jeu, les honduriens inscrivent leur premier but en Coupe du Monde depuis 1982. Mais ils vont vite être rattrapés par une Equateur qui n'a pas abdiqué. Trois minutes après l'ouverture du score, Paredes tire depuis le côté droit de la surface mais se fait contrer. La sphère traverse la défense des Catrachos et arrive sur Enner Valencia au second poteau qui se bat pour pousser la balle au fond et relancer son équipe dans la course à la victoire. La fin de première période est tout de même longue pour la Tri. Dominée dans les arrêts de jeu, elle s'en remet à Dominguez sur un coup franc surpuissant de Bernardez, puis à un hors-jeu de Bengston sur une tête de Costly qui avait atterri sur le poteau avant que l'attaquant hondurien ne pousse la balle au fond. A la pause, le match est indécis et tout peut arriver en seconde période. Si Bengston est une nouvelle fois dangereux en obligeant Dominguez à une parade au sol sur un tir contré puis en marquant un but refusé à cause d'un hors-jeu de Costly, l'Equateur marque son second but, son troisième du Mondial 2014, toujours inscrit par Enner Valencia. Walter Ayovi tire un coup franc depuis le côté gauche à la 65ème minute de jeu et trouve la tête de Valencia qui place le ballon dans le petit filet de Valladares battu. Par la suite, les équatoriens ne seront plus inquiétés par une équipe hondurienne qui a pris un gros coup sur la tête après avoir mené 1-0. Enner Valencia se verra même refuser le but du triplé à cause d'une main de Mendez. A la différence de buts, l'Equateur passe devant la Suisse et se retrouve deuxième au classement du groupe E. Mais elle sait qu'il faudra réaliser une grosse performance contre la France pour avoir son ticket pour les huitièmes. Le Honduras, lui, n'est pas éliminé, mais il semble bien résigné avant d'affronter la Suisse.

    Nico


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique