• Giro 2015: aucune respiration n'est possible

    Depuis le début du Giro d'Italia 2015, toutes les étapes offrent des scénarii impressionnants et rocambolesques. La preuve aujourd'hui avec une échappée dominée par Nicola Boem qui a déjoué tous les pronostiques et un Richie Porte qui a lâché 47 secondes sur Contador et Aru !

    CFYK-ziWMAEGFHo
    Nicola Boem était le plus fort et a réussi à se démarquer de l'échappée du jour pour lever les bras devant un Matteo Busato impuissant.

    Quel Giro !

    CFYNm2YWYAEnEiCOn se régale tout simplement ! Oubliez les profils des étapes, que ce soit du plat, du chrono, du vallon ou de la montagne, tous les jours sont intéressants et les jours de repos prennent leur vraie définition tandis que des étapes de plaine comme aujourd'hui voient des finals au scénario rocambolesque. Ils étaient cinq à être partis en début d'étape sans y croire vraiment tant les sprinters étaient donnés favoris. Il y en avait pour tout le monde, certains pariaient sur Modolo, d'autres sur Greipel. Mais personne, ou un très petit nombre de gens, donnait cette échappée victorieuse. Pourtant, persuadé que le quintuor sera repris, le peloton a laissé filer le sprint massif. L'incompréhension fut totale, les équipes de sprinters ne se sont jamais entendues et à ce petit jeu, l'échappée a fini par y croire vraiment à tel point qu'à six kilomètres de l'arrivée, il fallait bien conclure que celle-ci allait se disputer la victoire. Si Oscar Gatto (Androni) a vu ses chances s'envoler à cause d'une crevaison, Alan Marangoni (Cannondale-Garmin) n'a pas hésité à tenter sa chance sous la flamme rouge. Mais le malheureux s'est fait rattraper par Nicola Boem à 300 mètres de la ligne. Animé par un grand appétit, le coureur de la Bardiani, équipe qui avait pris trois bouquets l'an passé, a aspiré Marangoni et a résisté au retour de Matteo Busato (Southeast) pour lever les bras et prendre...le maillot rouge ! Oui, au classement par points, Boem est bien leader. Troisième de l'étape, Alessandro Malaguti (Nippo Vini-Fantini) peut avoir des regrets lui qui a presque déposé sur un plateau Boem en revenant sur Marangoni. La surprise du jour, c'est donc un peloton battu, dominé en vain par Nizzolo devant Modolo et Greipel. La désorganisation complète de celui-ci a entrainé l'échec des sprinters mais les italiens, eux, peuvent être ravis: huit d'entre eux composent le top 10, dont une razzia sur les six premières places.

    La malchance de Porte

    CFYXJ3ZWgAAn6goAujourd'hui, l'australien, troisième du classement général ce matin, leader du Team Sky, pensait vivre un jour tranquille mais en cyclisme, il n'y a pas de jours tranquilles. Victime d'une crevaison en fin d'étape, Richie Porte a mis du temps à être dépanné par sa voiture et ses équipiers n'ont pas réussi à le ramener à temps dans le peloton, leur leader connaissant aussi un petit coup de moins bien comme il en a si souvent l'habitude lors des grands tours. C'est donc sur une étape de plaine que Porte a grandement compromis ses chances de maillot rose, un maillot rose toujours détenu par Alberto Contador qui compte désormais 1'09" d'avance sur son homologue australien après que celui-ci a concédé 47 secondes aujourd'hui. En plus de cela, Porte n'est plus sur le podium mais à son pied et c'est Mikel Landa, coéquipier de Fabio Aru, qui monte sur celui-ci. Sur un grand tour, seuls les jours de repos sont sans problème, les 21 autres jours sont remplis de pièges et même en les évitant, la victoire n'est pas assurée.

    Source photos (@giroditalia; @grahamwatson10)

    Nico


    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :