• L'Allemagne retient son souffle

    Alors que les équipes commencent à dévoiler leur start-list pour le Tour de France, la Giant-Alpecin reste pour l'instant muette même si certains noms sont assurés d'y participer. Ce n'est pas le cas de Marcel Kittel qui, diminué par un virus en début de saison, va annoncer demain s'il participe ou non à la prochaine Grande Boucle.

    Marcel+Kittel+2015+Santos+Tour+Down+Under+7g91yzK-6zdl
    Ici au Tour Down Under en début de saison, Marcel Kittel sera-t-il présent à Utrecht pour émarger ?

    Le virus qui change tout

    People_Choice_Classic_2015_Marcel_KittelLa People's Choice Classic, 18 janvier 2015. C'est la première course de l'année pour Marcel Kittel qui sort d'une saison 2014 qui l'a encore vu progresser. Comme attendu, l'allemand ne se fait pas prier pour lever les bras, déjà. Sous le nouveau maillot de l'équipe qui a changé de co-sponsor durant l'inter-saison, s'appelant la Giant-Alpecin désormais, Kittel n'a pas eu de mal à s'adapter au noir, quittant un blanc qui l'avait vu lever les bras huit fois sur le Tour de France 2013 et sur le Tour de France 2014. Mais au sortir de la course, personne ne pouvait penser que le nouveau patron du sprint mondial allait vivre une première moitié de saison blanche. Sacré virus ! Un virus a réussi à faire ce que les autres sprinters n'ont pas réussi à réaliser en deux ans: mettre hors-course Marcel Kittel. Alors, on se dit que le Tour 2015 n'est que dans six mois, le robuste allemand de 27 ans va s'en remettre. Mais après un Tour Down Under vierge, s'ajoute un Tour du Qatar où il est encore difficile de déterminer si Marcel Kittel était présent. Mais oui, ce dernier était là sauf qu'il a été transparent. S'en suit donc un printemps catastrophique qui le voit reprendre la compétition au Tour du Yorkshire, le Yorkshire, là où il avait remporté la première étape de la dernière Grande Boucle, un événement qui paraît si loin. Trop court physiquement, diminué par ce virus du début de saison, Kittel ne voit même pas la fin de la première étape. Le physique n'a pas suivi non plus sur le Ster ZLM Tour remporté par André Greipel. Juin est arrivé si vite et Kittel, s'il va un peu mieux, a toujours du mal à rester au contact du peloton en fin d'étape. Il ne reste qu'une seule course avant le Tour de France, c'est le championnat d'Allemagne, mais à dix jours du début du Tour de France, difficile de savoir si Marcel Kittel sera présent à Utrecht, lui qui a remporté huit étapes sur les deux dernières éditions de la Petite Reine.

    L'Allemagne attend

    die-ard-ueberdenkt-eine-rueckkehr-zur-berichterstattung-ueber-die-tour-de-france-C'est vraissemblablement demain que Kittel va se décider. Oui ou non ? C'est la réponse que toute l'Allemagne attend concernant son idole. Il faut dire que le sprinter de la Giant-Alpecin est très respecté et apprécié outre-Rhin, sans doute sa position contre le dopage comme le démontrent ses déclarations allant à l'encontre d'Alexandre Vinokourov et Bjarne Riis. Son absence n'a pas été si débattue que cela par les journaux allemands. La nouvelle coqueluche du cyclisme allemand est l'espoir de toute une nation avec John Degenkolb, son coéquipier. C'est grâce à ces deux coureurs qu'ARD a décidé de retransmettre le Tour de France 2015 à la télévision allemande alors que la chaine était absente depuis 2011, se retirant désabusée par les affaires de dopage ayant touché le pays, notamment sous l'ère Jan Ullrich. Ce serait donc la grosse déception en Allemagne si le retour de la Grande Boucle à la télévision était marqué par l'absence de Marcel Kittel. Incarnant le renouveau du cyclisme allemand, un cyclisme propre que les journaux nationaux attendaient depuis longtemps, le sprinter voit son compte-à-rebours s'arrêter. La décision sera dure à prendre car avec un "oui", il se met la pression de devoir réussir son Tour pour ne pas avoir le remords d'avoir sacrifié un coureur. Avec un "non", il sera difficile pour lui de regarder la course à la télévision.

    John Degenkolb, l'autre solution

    Paris-Roubaix-John-Degenkolb-cobbleNéanmoins, si Marcel Kittel venait à dire non, il y aurait John Degenkolb pour le remplacer. Quoi qu'il arrive, celui-ci sera sur le Tour de France. Mais avec quel statut ? Toujours présent sur la Vuelta, Degenkolb rêve d'être le leader de son équipe sur le Tour de France et cette année peut être la bonne. Tout dépend de Kittel mais Degenkolb a franchi un cap cette saison en remportant deux Monuments, Milan-San Remo et Paris-Roubaix. Reste à savoir si le printemps n'a pas trop fatigué l'allemand qui s'est montré plutôt discret depuis son printemps réussi. Aussi, la Giant-Alpecin misera cette année sur Warren Barguil, le français qu'elle a couvé depuis deux ans et qu'elle lâche enfin sur les routes du Tour après l'avoir préparé sur la Vuelta. Il y aura donc deux cartes à jouer pour la formation allemande, le sprint et la montagne. Kittel ou Degenkolb donc ? Même si le premier dit oui, on ne sait pas si son physique tiendra trois semaines, ainsi le second pourrait passer à l'action. Peut-être même qu'il a coché l'étape des pavés à moins qu'il ne joue le rôle de protecteur pour son leader pour le classement général, Barguil. La Giant-Alpecin arrivera donc dans le flou à Utrecht mais elle pourrait déjà y voir plus clair dès demain avec la réponse de Marcel Kittel sur sa présence ou non au départ de la Grande Boucle 2015. Cette réponse n'est pas seulement attendue par la formation de Iwan Spekenbrink, elle est également attendue par des millions d'allemands.

    Source photos (zimbio.com, cyclingquotes.com; t-online.de; roadcyclinguk.com)

    Nico


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :