• L'Ukraine comme dernier obstacle

    Demain soir et mardi prochain, les français jouent deux matches très importants, voire les plus importants de l’année. S’ils veulent se qualifier pour le Mondial 2014, ils doivent éliminer l’Ukraine, leur adversaire lors de ces barrages.

    imagesCAEI39F1

     

     

    L'équipe de France est à deux matches de la Coupe du Monde 2014 au Brésil: pour cela, il faut éliminer l'Ukraine.

    En route pour le Brésil

    imagesCA0EX70MLa route pour le Brésil n’est pas encore terminée et un dernier obstacle vient se mettre sur la route des bleus : l’Ukraine. Néanmoins, pour en arriver là, ils ont connu plusieurs émotions, de la pire à la meilleure. On le savait déjà, se classer premier du groupe I avec l’Espagne comme concurrente serait presque mission impossible. On y a crut, on a tenu tête à la Roja au point de la tenir en échec chez elle à la dernière minute, on a été premiers suite au nul de la nation ibérique contre la Finlande, mais on n’a pas réussi à tenir. En mars dernier, les hommes de Vicente Del Bosque sont venus nous battre dans l’antre du Stade du France (0-1). Après ce match, le mental des joueurs fut mis à rude épreuve et ils ont connu un gros passage à vide. En septembre dernier, les géorgiens sont parvenus à arracher un nul historique contre l’équipe de France (0-0). Il y a eu cette première mi-temps désastreuse contre la Biélorussie qui avait un air de ressemblance avec la tournée sud-américaine de juin. Mais depuis la mi-temps de ce match, il y a eu un déclic. Tout d’abord, c’est la dernière fois que l’équipe de France a encaissé un but depuis cette rencontre, mais elle en a marqué treize contre les biélorusses (4-2), l'Australie (6-0) et la Finlande (3-0). Chiffre porte-malheur allez-vous me dire ? Les superstitions, cela fait longtemps que nous les avons oubliées. Sinon, nous pourrions partir pessimistes avant d’affronter l’Ukraine, dernier obstacle à franchir, car les barrages et l’équipe de France, c’est une longue histoire… d’amour.

    La France et les barrages : une longue idylle

    imagesCATVH3JYEt dire que les français auraient pu visiter les Etats-Unis en 1994. Mais une nation s’est mise en travers de notre route et c’était déjà une nation de l’est : la Bulgarie. Un scénario cruel pour les bleus qui avaient ouvert la marque au Parc des Princes, obligeant les bulgares à inscrire de deux buts. Ces deux buts, ils vont les inscrire. Emil Kostadinov va s’en charger, tout d’abord sur corner, puis sur une frappe à la 90ème mémorable où il transperce la lucarne de Bernard Lama et élimine les hommes de Gérard Houllier. En 2009, la France était déjà passée par les barrages. Nous pensions tous avoir eu un bon tirage mais il en fut tout autre. Le match aller et une victoire (1-0) nous permettent d’entrevoir la qualification. Mais, au match retour, les bleus déjouent et voient l’Irlande ouvrir la marque. Ensuite, ils doivent s’en remettre à Hugo Lloris et, après, nous connaissons tous l’épilogue. Un contrôle de la main de Thierry Henry suivi d’une passe décisive pour Gallas envoie l’équipe de France en Afrique du Sud. Ces dernières années, nous commençons à nous habituer à ces barrages. La pression est grande mais, à la fin, l’envie de se qualifier prend le dessus.

    Toute la France derrière les bleus

    imagesCACUGKU580 000 personnes sont attendues au Stade de France mardi et c’est tout un pays qui est prêt à ce que la France se qualifie pour le Mondial 2014. Ces derniers matches ont permis aux bleus de se rapprocher du public et ils l’ont dit, ils auront besoin de leur public. La France suivra ces deux matches avec passion et ferveur. A deux matches du Mondial, la France est prête à vibrer et c’est un Stade de France à guichets fermés qui attend les hommes de Didier Deschamps mardi pour fêter une éventuelle qualification.

    Nico


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :