• La Belgique conclut enfin !

    Alors qu'elle a eu un nombre impressionnant d'occasions, toutes repoussées par un seul et même homme, Tim Howard, la Belgique a obtenu, dans les prolongations et dans la douleur, son ticket pour les quarts de finale où elle retrouvera l'Argentine de Lionel Messi.

    téléchargement
    Romelu Lukaku, qui prouve encore une fois l'excellent coaching de Marc Wilmots, et Kévin De Bruyne ont été les grands artisans de la victoire de la Belgique contre les Etats-Unis.
     
    Belgique 2-1 Etats-Unis (A.P): cruelles prolongations
     

    une-9309en-cours-belgique-2-1-etats-unis-b49b1

    Amener son adversaire, favori de la rencontre, jusqu'en prolongations est déjà un bon résultat. Mais derrière, la déconcentration suite à ce premier objectif réalisé se fait sentir. A chaque fois, les prolongations ont été cruelles pour certains, réjouissantes pour d'autres. Hier soir, elles n'ont pas été seulement cruelles, mais totalement folles. Face à des américains qui n'ont jamais abdiqué, les belges ont eu du mal, notamment du côté de la finition. 39 tirs, 17 cadrés, 19 corners ! Tout cela pour marquer deux buts et ce, durant les prlongations. Il faut dire que les Etats-Unis avaient un gardien extra-terrestre hier en la personne de Tim Howard qui a réalisé pas moins de quinze arrêts, rentrant dans l'histoire de la Coupe du Monde. Ce match avait plutôt l'odeur de traquenard pour des Diables Rouges favoris. Si la première période a été fermée et que les américains ont refusé le jeu, restant bloqués devant leur surface, la situation se décante en seconde période. Ces derniers s'usent de plus en plus et la Belgique profite d'espace sans réussir toutefois à concrétiser leurs inombrables occasions. Que ce soit une tête de Dries Mertens au retour des vestiaires claquée en corner par Tim Howard, ou une autre tête signée Divock Origi sur le haut de la transversale, ou bien un duel entre Kévin Mirallas et le portier américain à dix minutes de la fin du temps réglementaire, les hommes d'un Marc Wilmots tendu n'auront pas réussi à faire la différence pendant les 90 premières minutes. C'est tout naturellement que la prolongation arrive et très vite, l'entrée de Romelu Lukaku va faire la différence. Grâce à un très bon débordement, Lukaku rentre dans la surface et sert Kévin De Bruyne qui passe deux défenseurs avant de conclure d'un tir croisé du pied droit dans le petit filet. On joue la 93ème minute de jeu et la Belgique mène 1-0. Les USA s'écroulent, Howard tente tant bien que mal de s'opposer aux attaques belges, mais juste avant la mi-temps des prolongations, Romelu Lukaku est servi sur un plateau par De Bruyne qui lui rend l'appareil et il peut battre le gardien adverse d'une frappe du gauche au premier poteau. Les Etats-Unis semblent être à terre, mais dès le début de la seconde mi-temps des prolongations, les hommes de Jürgen Klinsmann vont réduire la marque. Julian Green, le nouvel entrant, fait un appel dans le dos de la défense belge et est parfaitement lancé par Bradley. Le jeune bavarois reprend alors de volée et trompe Thibaut Courtois. Par la suite, la Belgique craint des américains gonflés à bloc et surmotivés après la réduction du score. Mais Courtois devra réaliser une dernière parade à la 114ème minute après une excellente combinaison des USA sur coup franc. Au final, Jürgen Klinsmann et les siens rentrent à la maison tandis que la Belgique fait mieux qu'en 2002 en rejoignant les quarts où l'Argentine se présente devant elle.

    Nico


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :