• Paris-Nice révise ses classiques

    Cet après-midi démarre Paris-Nice 2015, une 73ème édition qui retombe dans le classicisme avec un prologue, une étape-reine dominée par une montée finale, et le chrono du col d'Eze où la victoire devrait se jouer. Justement, qui peut prétendre à la victoire ?

    map_route
    Voici le parcours du Paris-Nice 2015 !

    Un parcours classique

    Cet après-midi, nous pourrons dire que la saison a réellement commencé et que tout va désormais s'accélérer. Après un mois de février où toutes les têtes connues du peloton ont repris, il est temps d'avoir un premier jugement sur les forces en présence. Comme à son habitude, Paris-Nice va laisser les grosses têtes d'affiche à Tirreno-Adriatico mais il n'empêche que nous aurons droit à un beau plateau durant cette semaine de course. Le peloton s'attaque au traditionnel prologue qui se tiendra cette année à Maurepas dans la région parisienne. 6,7 kilomètres où des rouleurs comme Tony Martin ou Bradley Wiggins, vainqueur respectivement en 2011 et 2012, pourront s'expliquer. Lundi, mardi et mercredi, ce sont les sprinters qui auront la parole grâce à trois étapes où le vent pourrait faire des dégâts. Les rois de la vitesse devront en profiter entre Saint-Rémy-lès-Chevreuse et Contres, le zoo du parc de Beauval et Saint-Amand-Montrond et enfin Saint-Amand-Montrond et Saint-Pourçain-sur-Sioule, car après, la montagne arrive avec un passage dans le massif Central et plus précisément dans les monts du Forez. Au départ de Varennes-sur-Allier, les coureurs sauront à quoi s'attendre et les grimpeurs lanceront leurs premières attaques de la saison UCI World Tour en Europe. Le col de la Croix de Chaubouret, sur les hauteurs de Saint-Etienne, dans le massif du Pilat, n'est pas une ascension extrêmement compliquée mais elle fera déjà la sélection à trois jours du chrono du col d'Eze. Les éléments les plus faibles seront tout de suite éjectés de la course à la victoire finale. Les attaquants, bien servis l'an passé, n'auront qu'une seule occasion pour s'exprimer. Nul doute que les favoris se préserveront avant un week-end décisif à moins qu'ils ne soient trop groumand. Entre Saint-Etienne et Rasteau, sera notamment au programme en début d'étape le col de la République, classé en première catégorie, premier col de plus de mille mètres franchi par le Tour de France. Nous arrivons donc au week-end avec deux étapes de montagne qui nous attendent dont Vence-Nice qui nous offrira un passage obligatoire par le col de Vence et l'arrivée à Nice pourrait sacrer un français, pourquoi pas, comme l'an passé où Arthur Vichot, paré de son maillot de champion de France, avait dompté la promenade des Anglais. Il sera déjà temps, dimanche, de quitter la Course au Soleil avec le mythique chrono du col d'Eze où Bradley Wiggins et Richie Porte avaient conforté leur leadership respectivement en 2012 et 2013. Christian Prudhomme a d'ailleurs prévenu: celui qui s'impose au col d'Eze repart la plupart du temps avec le maillot jaune et la victoire.

    Qui pour la victoire ?

    C'est la question que l'on se pose avant une course. Les trois premières étapes en ligne devraient sacrer des sprinteurs et les favoris, sauf coup de bordure, se garderont bien de rester discret. Kristoff, dont l'un des principaux objectifs reste Milan-San Remo dont il est le tenant du titre, Degenkolb, Démarre, Bouhanni, la concurrence sera rude et des coudes on va jouer pour s'adjuger les trois bouquets mis en jeu pour les sprinters. Aujourd'hui, avant ce combat de trois jours, le prologue sera l'occasion de donner ses premiers coups de pédale et de ne pas concéder trop de temps. En revanche, jeudi, avec le col de la Croix de Chaubouret, les grimpeurs, les prétendants à la victoire finale, seront de sortie. Les seconds couteaux, les seconds leaders, sont là. Rafal Majka et Fabio Aru, deux jeunes dont on a beaucoup parlé la saison dernière, font partie des favoris, tout comme Richie Porte, qui avait déclaré forfait à la dernière minute l'année précédente. L'australien sera accompagné de Sir Bradley Wiggins, qui disputera sa dernière course par étapes de sa carrière, lui qui avait brillé en 2012 sur les routes de la Course au Soleil avant de s'adjuger le Tour de France la même année. Face à Richie Porte et la Sky, nous aurons bien sûr Rohan Dennis, vainqueur du Tour Down Under, et qui se présente comme un des favoris de cette course, lui, bon grimpeur et bon rouleur, avec un parcours qui lui correspond parfaitement. Côté français, Romain Sicard sera l'un des fers de lance du Team Europcar avec Bryan Coquard pour les sprints. AG2R-la-Mondiale sort l'artillerie lourde mais pas le tenant du titre, Carlos Betancur, finalement resté au sein de la formation de Vincent Lavenu. Deuxième du dernier Tour de France, Jean-Christophe Péraud sera là pour aider Romain Bardet en qui AG2R a placé de grands espoirs pour ce Paris-Nice, une course qu'aime bien Vincent Lavenu et Julien Jurdie aura une mention particulière avec un passage à Saint-Etienne, déjà primée par une arrivée et un départ sur la Grande Boucle 2014. 

    A ne pas sous-estimer non plus: Sylvain Chavanel (IAM), Tony Martin (Ettix-Quick Step), Michal Kwiatkowski (Ettix-Quick Step), Luis Leon Sanchez (Astana), Jakob Fuglsang (Astana), Tejay Van Garderen (BMC), Arthur Vichot (FDJ.fr), Rui Alberto Costa (Lampre-Merida), Tony Gallopin (Lotto-Soudal), Simon Yates (Orica-GreenEdge), Andrew Talansky (Cannondale-Garmin), Warren Barguil (Giant-Alpecin), Wilco Kelderman (Lotto NL-Jumbo), Bob Jungels (Trek Factory Racing). (liste non exhaustive)

    Source photo (letour.fr)

    Nico


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :