• Pendant ce temps-là, un dimanche

    La 9ème journée de ligue 1 s'est clôturée par le Classico OM-PSG qui a vu le Paris SG s'imposer. Auparavant, nous avons vécu une belle après-midi avec 11 buts en deux matches. Lyon a coulé à Montpellier et Bordeaux s'est relancé contre Sochaux, pendant ce temps-là, un dimanche 6 octobre.

     

    imagesCAFP7LK6

    14h: silence, on coule !

    imagesCAH2K32COui, l'OL n'est plus l'OL d'il y a quelques années. C'est un OL en crise qui s'enfonce dans le bas du classement. Après un nul plus que médiocre face au Vitoria Guimares, les Gones ont sombré à Montpellier encaissant cinq buts en déplacement pour la première fois depuis treize ans. Dès le quart d'heure de jeu, la défense lyonnaise est en difficulté et encaisse un premier but par le colombien Victor Hugo Montano qui profite de la passivité de la défense adverse. Lyon essaie de revenir mais bute sur Jourdren. Finalement, juste avant la pause, Mounier, seul aux six mètres, reprend un corner de Rémy Cabella, encore décisif, qui permet aux héraultais de rentrer aux vestiaires avec deux buts d'avance. L'ailier formé à Lyon va même rater la balle de 3-0 au début de la seconde période. C'est finalement Alexandre Lacazette qui réduit la marque et on se dit alors que les rhôdaniens sont en passe de revenir, mais rien n'y fait, la défense s'enlise et Anthony Lopes concède imagesCAG8H0Q4logiquement un penalty transformé par Rémy Cabella. Le meneur de jeu montpélliérain est encore là pour profiter des largesses défensives des hommes de Rémi Garde et pour inscrire le quatrième but de son équipe. Et ce n'est pas fini ! Deux minutes plus tard, l'inévitable Cabella sert sur un plateau Montano qui signe un doublé. A noter que Rémy Cabella, sorti sous une standing-ovation, est à l'origine des cinq buts montpelliérains. La fin du cauchemar lyonnais arrive à la 83ème minute de jeu et l'expulsion de son capitaine, Maxime Gonalons. En situation de crise, Lyon va aborder la trêve internationale sous tension avant d'accueillir Bordeaux dans un match déjà décisif.

    17h: Bordeaux à la relance

    imagesCAK1TMYZSevrés de victoires depuis la troisième journée de ligue 1, les bleu marine se sont repris face à un faible Sochaux. Les doubistes ouvrent pourtant la marque par l'intermédiaire de Roy Contout auteur d'une superbe demi-volée. Mais la joie sochalienne ne dure pas longtemps puisque Cheick Diabaté, fauché dans la surface par Simon Pouplin, obtient un penalty justifié. Henri Saivet se charge de le tirer et trouve la lucarne. Avant la pause, Sébastien Corchia trompe son propre gardien pas exempt de tout reproche. Au retour des vestiaires, les sochaliens ne réagissent pas et abdiquent, encaissant deux buts de Diabaté sur deux erreurs défensives. La victoire contre Valenciennes il y a une semaine n'était qu'anecdotique puisque Sochaux a replongé à Chaban-Delmas. Pour Bordeaux, c'est l'inverse: cette victoire soulage toute la Gironde et un homme surtout: Francis Gillot.

    Paris a du répondant

    imagesCAB6PQTERéduit à dix contre onze sévèrement, le PSG a quand même réussi à s'imposer au stade Vélodrome dans une ambiance insoutenable. Une victoire référence tant dans l'engagement que dans le résultat final. Pourtant, les parisiens sont dominés et s'en remettent à un Sirigu présent comme dernier rempart. Devant Valbuena ou encore Jordan Ayew, le gardien international italien fait face. Arrive le tournant à la 33ème minute de jeu et la faute de Motta sur Valbuena. Clément Turpin juge bon d'expulser le techinicien italien, mais, au ralenti, on se rend compte que la décision de l'arbitre est sévère. Cependant, André Ayew ne se fait pas prier pour transpercer la lucarne parisienne. On croit que le club de la capitale va subir, mais, avant la pause, Maxwell reprend un centre millimétré de Van der Wiel et peut remercier Mandanda et sa sortie hasardeuse qui lui permettent d'égaliser. Marseille ne s'en remet pas et, même en supériorité numérique, imagesCAAPQP7Fne domine pas. Sur un coup franc presque anodin, Cavani oblige le portier marseillais à s'interposer. Marquinhos s'en va récupérer la sphère et se fait faucher inutilement par André Ayew. Cette fois-ci, la faute est beaucoup plus flagrante et Monsieur Turpin désigne le point de penalty. Plein de sang froid, Ibrahimovic, plutôt discret dimanche soir, prend à contre-pied Mandanda d'un plat du pied droit maîtrisé. Cette victoire, Paris la doit en partie à son mental d'acier. En revanche, c'est ce mental qui aura manqué aux Phocéens qui n'ont pas réussi à tenir leur avantage comme face à... Monaco.

     

     

    C'est dans deux semaines, mais je vous le donne, voici le programme de la dixième journée de ligue 1 sur l'Equipe: 10ème journée de ligue 1.

    Nico


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :