• Pendant ce temps-là, un dimanche

    La lutte pour la troisième place est très indécise alors que l’OM et l’ASSE ont gagné. Zlatan a encore impressionné, Nantes s’enfonce, Lille et Lyon s’accrochent. Pendant ce temps-là, un dimanche 23 février.

    Lille 0-0 Lyon
    C'est l'image forte de la 26ème journée: Lille et Lyon n'ont pu se départager, faisant match nul, un résultat qui arrange Marseille et Saint-Etienne.

    21 : Zlatan, Zlatan, Zlatan !

    imagesCAAAMEA6Face à Leverkusen, il avait marqué par deux fois dont un but venu d’ailleurs. A Toulouse, hier après-midi, Zlatan Ibrahimovic a illuminé la rencontre, portant un PSG pas si dominateur que ça. La première demi-heure est équilibrée avec deux équipes qui ont chacune des occasions. Puis Ezequiel Lavezzi se fait faucher dans la surface par Uro Spajic à la 32ème minute de jeu, et Monsieur Rainville désigne le point de penalty à juste titre. Ibra se charge de transformer la sentence sans trembler et le PSG mène 1-0. Mais juste avant la pause, le TFC revient dans la partie grâce à Wissam Ben Yedder qui reprend de la plus belle des manières un centre d’Etienne Didot. A la pause, Toulouse ne démérite pas et tient en échec un Paris qui ne marche pas sur l’eau, en tous cas, pas comme contre Leverkusen. Il se contente de gérer et Lavezzi redonne l’avantage aux siens dix minutes après le retour des vestiaires. Ibrahimovic sert Matuidi qui laisse passer intelligemment la sphère pour l’attaquant argentin qui marque du gauche. Le PSG pense avoir victoire facile en prenant le large à vingt minutes de la fin grâce à l’inévitable Zlatan qui frappe une deuxième fois. Le géant sudéois reprend du haut de sa tête un coup franc de Cabaye mais le club de la capitale fait le break pour seulement deux minutes. Un relâchement et Ben Yedder en profite pour inscrire un doublé. Profitant d’une erreur de Thiago Motta, il bat Salvatore Sirigu d’un plat du pied droit. En fin de rencontre, Zlatan achève SON match en une action qu’il doit à lui-même. A vingt mètres du but, il obtient un bon coup franc qu’il tire mais Sylla contre du bras le ballon dans la surface : penalty. Un tir au but frappé par l’attaquant suédois qui tente une panenka. Zachary Boucher ne se fait pas avoir mais il ne peut que repousser la balle sur… Ibra qui marque du droit parachevant la victoire parisienne qui ne fut pas simple (4-2). Le PSG garde ses sept points d’avance sur Monaco tandis que le TFC reste englué dans le ventre mou du championnat.

    17h : Rennes enfonce Nantes

    imagesCA17LHBZLa chute libre continue pour Nantes qui n’a plus gagné depuis le 11 janvier dernier en ligue 1, c’était contre Lorient (1-0). Depuis, le FCN a connu la défaite du Parc des Princes (5-0) qui marqué les joueurs de Michel der Zakarian. Hier, ils se sont fait humilier par une équipe rennaise efficace. Le score est sans appel : 0-3. Une nouvelle défaite qui enfonce un peu plus les canaris, quatorzièmes à la suite de la rencontre et dépassés par leurs adversaires. Au quart d’heure de jeu, Paul-Georges Ntep marque son premier but en ligue 1 d’une frappe surpuissante qui nettoie la lucarne de Rémy Riou, prévenu dix minutes auparavant par Foued Kadir. Nantes aura les occasions avant la pause mais ne réussira pas à déstabiliser une défense rennaise bien en place. Partis avec de meilleures intentions, les nantais s’effondrent à l’heure de jeu. Des 18 mètres, Konradsen envoie une frappe qui fait mouche et qui envoie Rennes vers la victoire. En toute fin de match, Abdoulaye Doucouré lance un contre rennais, sert Toïvonen qui pique son ballon pour corser l’addition. Nantes est en perdition à la 14ème place alors qu’il avait des envies d’Europe à la trêve. Rennes, lui, s’éloigne de la zone rouge en remontant à la treizième place. A l’aller, c’est Nantes qui enfonçait son « voisin », le rapport de forces a désormais changé.

    21h : un nul mal venu

    imagesCAQWS4TOSi Lille et Lyon veulent donner un coup de main à leurs concurrents, ils n’ont pas trouvé meilleure idée. Faire match nul pour que l’OL ne revienne pas sur l’OM et l’ASSE et pour que le LOSC ne s’échappe pas trop. Cet accros pour les deux équipes arrive au plus mauvais des moments, resserrant un peu plus la course à la troisième place. Au Grand stade Pierre Mauroy, les occasions se sont faites rares dans une rencontre qui ne s’est emballée qu’à la fin. La première période est terne, pauvre en situation intéressante. A la 26ème minute de jeu, Roux chipe un ballon à Maxime Gonalons et déclenche une frappe aux vingt mètres qui passe à côté. Au retour des vestiaires, Lille est encore à l’attaque mais David Rozehnal voit sa tête repoussé sur la lige par Jordan Ferri. A l’heure de jeu, la pression nordiste se fait plus grande et Origi voit sa frappe détournée par Anthony Lopes qui enlève un ballon quelques secondes plus tard qui s’acheminait vers Nolan Roux. La rencontre prend une autre tournure lorsque Clément Grenier est proche, cinq minutes plus tard, de tromper Vincent Enyeama sur un lob. Pape Souaré est néanmoins présent pour suppléer son gardien. L’OL prend confiance et le portier lillois est une nouvelle fois mis à contribution à vingt minutes du terme sur un extérieur du pied droit de Lacazette qu’il claque en corner. Le match devient fou et Origi, dans la foulée, trouve Lopes sur un tir surpuissant à l’entrée de la surface. Le gardien rhodanien dévie de justesse le tir sur sa barre transversale. Deux minutes plus tard, Fofana, étonnement seul, transmet à Alexandre Lacazette qui bute sur Enyeama, décisif. En toute fin de match, Ronny Rodelin se voit, à juste titre, refuser un but pour une position de hors-jeu. Non, aucune des deux équipes ne trouvera le chemin des filets, se contentant d’un match nul et vierge, qui n’arrange personne dans la lutte pour la troisième place.

    Nico


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :