• Reprise sous la chaleur !

    Enfin ! La saison 2015 a commencé après la trêve automnale. Si la France a froid, le peloton a pris un coup de chaud que ce soit en Argentine ou en Australie. Peu importe, Rohan Dennis et Dani Diaz n'ont pas fait de cadeaux.

    tdu15-stage6-WATSON_00004043-005-630x446
    Rohan peut avoir le sourire: il remporte la première course de la saison World Tour 2015, le Tour Down Under, chez lui !

     

    Les australiens en imposent chez eux

    54c4a75735701f35435880bc

    Le Tour Down Under, c'est avant tout LA course qui permet de glaner les premiers points World Tour de la saison. Mais c'est aussi une belle fête populaire quelque part empiétée dans le bon sens par la fête nationale australienne et d'autre part empiétée par un autre événement majeur, l'Open d'Australie. Mais rien ne décourage un australien, surtout quand la course passe devant chez lui. Il faut tout de même remarquer que le parcours du TDU n'est guère évolutif au fil des années, ce qui lui coûte certains coureurs partis chez l'ennemi argentin, le Tour de San Luis. C'est littéralement l'hystérie lorsque le Tour Down Under a lieu, en l'occurrence de mardi dernier à dimanche dernier. Mais les australiens savent que leurs produits locaux vont toujours se démener pour faire honneur à la nation des koalas et autres kangourous. La preuve, c'est un d'entre eux qui va remporter la première étape à Campbelltown, dans la banlieue d'Adelaïde où a eu lieu la People's Choice Classic enlevée la veille par Marcel Kittel, alors que personne n'avait misé une pièce sur lui. Membre de l'échappée du jour, Jack Bobridge, ancien cycliste de Garmin, Orica-GreenEdge ou encore Belkin, s'illustre dans les derniers hectomètres pour lever les bras et prendre le maillot de leader qu'il garde le lendemain à Stirling où les sprinters reprennent leur territoire même si les plus puncheurs d'entre eux avaient la tâche facile. Juan José Lobato en profite pour prendre le bouquet du jour, lui qui progresse d'année en année et qui porte les couleurs de la Movistar. A Paracombe en revanche, plus de sprinters à l'horizon et un bouquet destiné aux puncheurs plus qu'aux grimpeurs. Rohan Dennis a des fourmis dans les jambes et s'impose. Il fait coup double en prenant le maillot de leader devant son compatriote et coéquipier Cadel Evans. Sur le plat, le coureur de la BMC depuis août 2014, spécialiste de la piste, n'a pas de soucis à se faire lors d'une quatrième étape remportée par Steele Von Hoff qui évite la chute collective dans le sprint final. C'est le lendemain, lors de l'étape reine et sa traditionnelle arrivée au Old Willunga Hill, que Dennis craint pour sa place de leader. Finalement, si Richie Porte s'impose en solitaire, Dennis parvient à conserver le leadership et le classement final se dessine. Il sera confirmé au soir de la sixième et dernière étape enlevée par Wouter Wippert: Rohan Dennis frappe d'entrée et devient le premier leader du classement World Tour 2015. Il devance Richie Porte de deux petites secondes et Cadel Evans de vingt secondes. Par ailleurs, c'était la dernière course du premier australien à avoir remporté le Tour de France, c'était en 2011. Cadel Evans prend sa retraite mais ne quitte pas le monde cyclisme où il envisage une reconversion. Il peut cepndant être rassuré, avec des coureurs comme Rohan Dennis, la relève est assurée.

    Dani Diaz maître sur ses terres

    daniel-diaz-tour-de-san-luis-cycling_3254349

    Les australiens ont monopolisé le podium du Tour Down Under, un argentin a écrasé le Tour de San Luis. Chez lui, Dani Diaz n'a rien laissé passer, pas même Nairo Quintana qui a l'habitude de démarrer sa saison lors de ce Tour de San Luis qui fêtait déjà sa neuvième édition. Le tenant du titre colombien est presque passé inaperçu et termine troisième à plus d'une minute et trente secondes du vainqueur. La première étape, traditionnellement réservée pour les sprinters, a sacré un jeune colombien, les colombiens qui n'en finissent plus de monter dans tous les domaines cyclistes. Devançant, excusez du peu, Mark Cavendish, Fernando Gaviria, 20 ans, est le premier leader de ce Tour de San Luis version 2015. Dès la deuxième étape, une étape vallonnée, Dani Diaz fait parler la poudre en s'imposant, prenant le leadership et en mettant déjà 27 secondes à Nairo Quintana. Retour au plat mais pas de changement à la fin de l'étape, Fernando Gaviria impressionne et devance une nouvelle fois Cavendish et Modolo. Quatrième étape et on continue d'alterner. A Gaviria la plaine, à Diaz la montagne. Quintana concède près d'une minute presque autant que le principal concurrent de Diaz, Rodolfo Torres. Le leader du classement général ne concède pas de temps lors du contre-la-montre où il prend la dixième place, avec neuf secondes d'avance sur Torres. Adriano Malori prend le bouquet et le candien d'AG2R, Hugo Houle, se classe troisième derrière le champion du monde sur route en ligne en titre, Michal Kwiatkowski. Dernière étape de montagne le lendemain où Dani Diaz assure en terminant troisième d'une étape enlevée par Kléber Ramos devant Rodolfo Torres. Quatrième, Quintana assure quant à lui sa place sur le podium. Ce dernier commence donc sa saison en douceur sans pouvoir remporter le Tour de San Luis pour la deuxième année consécutive. Son principal objectif de la saison sera le Tour de France, il lui reste cinq mois pour le préparer. Dani Diaz, lui, s'adjuge pour la deuxième fois cette épreuve après 2013. Il a pu parader lors de l'ultime étape remportée par...Mark Cavendish, sa première victoire depuis août dernier !

    C'est parti, la saison 2015 est lancée ! On risque de se retrouver souvent, du moins, je l'espère.

    Source photos (cyclingweekly.co.uk; dhnet.be; skysports.com)

    Nico


    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :