• Résumé C1 : l\\'ensemble des quarts de finale.

    Etant donné que la semaine passé j'étais dans l'impossibilité de publier le résumé des quarts de finale aller je vous propose cette fois-ci un résumé des quatre doubles confrontations.  

     

    phototest3
     
    Paris n'est vraiment pas passé loin. 
     
    Qualifié pour la seconde fois en deux ans pour les quarts de finale de la Ligue des Champions le Paris Saint Germain, opposé à Chelsea, a réellement passé un cap cette année. L'envie des parisiens en Champion's League est énorme et elle se ressent dès la quatrième minute du match aller lorsque Lavezzi ouvre le score! Tout le groupe est motivé mais au fur à mesure il commence à déjouer ce qui permet à Chelsea de revenir à 1-1 à la mi-temps, sur un pénalty d'Eden Hazard. En seconde période on assiste vraiment à une performance superbe de la part du PSG qui reprend l'avantage à l'heure de jeu, but contre son camp de David Luiz. Ce second acte se terminera sur un chef d'oeuvre de Pastore qui donne le but du 3-1 pour Paris au bout du bout du match (90+3). Au terme du match aller le PSG a frappé un grand coup en maîtrisant parfaitement Chelsea, vainqueur de la C3 l'an dernier et de la C1 il y a 2 ans. Mais à Stamford Brigde, face à une équipe coaché par l'atypique mais néanmoins talentueux José Mourinho et en étant privé de Zlatan (qui s'est blessé au match aller) : rien n'est fait, même en menant 3-1. En effet Paris va totalement manquer son match retour. Bloqués par l'enjeu, sentant venir le mauvais coup les parisiens ne font que défendre et malgré la sortie prématurée d'Hazard rien ne s'arrange. Schurrle ouvre le score en première période et la seconde n'est pas non plus à l'avantage du club français. C'est finalement à 3 minutes de la fin que les hommes de Laurent Blanc vont craquer sur un but casquette signé Demba Ba (2-0, 3-3 au cumulé, Chelsea qualifié grâce à la règle du but à l'extérieur). Elimination cruelle pour le club de la capital qui aura quand même montré de superbes qualités, surtout au match aller, des qualités qui laissent penser que le PSG peut devenir un grand d'Europe mais pour cela il faudra enfin passer le cap des quart de finale l'an prochain. Le rendez-vous est pris.
     
    Le Real a failli se faire surprendre.
     
    Tranquille sur le match aller, remporté 3-0 au Stade Santiago Bernabeu, le Real de Madrid n'a laissé aucune chance au Borussia Dortmund d'y croire. Alors Dortmund a du se fier à lui même pour tendre un piège au Real sur le match retour. Les espoirs allemands étaient, mine de rien, très fort car on se souvient que l'an passé lors de la demi-finale aller de la C1 Dortmund avait laminé Madrid 4-1 grâce à un quadruplé de Lewandoski, dans ce même Signal Iduna. Entre temps, le vent a tourné pour le Borussia qui va beaucoup moins bien mais qui a eu le mérite de croire en ses chances sur le match retour. Pour lancer l'opération "retour" des hommes de Jurgen Klopp il faut un élément déclencheur et il arrive au niveau du quart d'heure de jeu lorsqu'Angel Di Maria loupe un pénalty pour le Real, un pénalty qui aurait quasiment pu qualifier les espagnols a lui seul. C'est alors que Marco Reus s'offre un doublé avant la mi-temps : désormais tout le monde y croit, le Borussia peut le faire : il n'est plus qu'à 1 but d'une prolongation. Ronaldo est tendu sur le banc, preuve que Madrid court bel et bien un grave danger. Mais au final les madrilènes peuvent souffler : ils seront bien en demi-finale! Après un match aller parfait, il aura fallu souffrir pour passer au tour suivant, Dortmund s'est bien battu.
     
    Manchester craque sur la fin.
     
    Qualifié de justesse pour les quarts (grâce à un triplé salvateur de Robin Van Persie), en crise supporteurs - dirigeants, et opposé au Bayern de Munich sacré champion d'Allemagne en Mars et vainqueur de la dernière C1 : personne ne donnait cher de la peau de Manchester United. Lors de la confrontation aller les mancuniens sont loin d'être ridicules, ils ouvrent même le score peu avant l'heure de jeu sur une tête de Vidic et peuvent rêver malgré la difficulté de la tâche à accomplir. Mais le Bayern, qui donnera l'image de force tranquille tout au long de la partie, égalise dans la foulée par Schweinsteinger. La rencontre se termine sur le score de 1-1, favorable au Bayern avant le match retour à l'Allianz Arena. Pourtant United fait vraiment jeu égal avec l'ogre munichois durant plus de 60 minutes (au match retour) et se paye même le luxe d'ouvrir la marque par Patrice Evra. La joie sera de courte durée : Mandzukic, Muller puis Robben éteignent les espoirs mancuniens sous les yeux dépités de David Moyes, le coach britannique. 3-1 au final et le Bayern nous laisse avec la sensation de n'avoir joué qu'à moitié sur l'ensemble des deux matchs. Concédant à chaque fois le premier but les munichois ont réagis plutôt qu'agit mais cela leur a bien réussi. Sûrs de leur force les bavarois font figure de favori en demi-finale. 
     
    Impressionant Atlético.
     
    Le choc 100% espagnol de ces quarts de finale, entre le FC Barcelone et l'Atlético de Madrid, s'est montré très musclé, avec beaucoup d'intensité. Au match aller les madrilènes font plus que la résistance puisqu'ils ouvrent le score par Diego. Neymar est le sauveur barcelonais : il égalise peu de temps après. 1 but partout, voilà qui laisse perplexe avant le match retour au Stade Vincente Calderon, forteresse d'un Atlético Madrid très costaud. L'Atlético, leader de Liga devant Barcelone encore faut-il le rappeler, se montre vraiment maître de son destin et non pas à la merci du Barça comme certains club ont pu le faire quelques années au paravent, preuve que le FC Barcelone ne fait peut être plus aussi peur... Et en effet, l'Atléti n'a pas peur et ouvre le score dès la 5e minute par Koke. Calderon rugit, il faut un but au Barça pour arracher une prolongation. Mais la domination est clairement madrilène Pinto, sauvé plusieurs fois par ses montants, sort de belles parades et un constat s'installe : Barcelone n'y est pas. Léo Messi est transparent et c'est en toute logique que le match se termine sur une victoire et une qualification de l'Atlético de Madrid! Incroyable performance des hommes de Diego Simeone, un coach qui a créé une équipe à son image : agressive, débordante d'envie, charismatique et terriblement efficace. Vainqueur de la Ligue Europa il y a quelques années et au top cette saison, l'Atlético est vraiment un adversaire à prendre au sérieux. Barcelone sort par la petite porte et avec beaucoup de questions et d'incertitudes.
     
    PS : Je ne peux toujours pas télécharger d'image, je règle ça au plus vite.
     
    Anto.

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :