• Rodriguez se venge

    Une semaine après sa deuxième place au championnat du monde sur route 2013 de Florence, l'espagnol Joaquim Rodriguez s'est vengé en remportant l'avant-dernière course du World Tour cette saison.

    Joaquim Rodriguez en larmes après sa triste deuxième place aux Mondiaux de Florence. Une image qui appartient désormais au passé.

    Un succès maîtrisé

    Pourtant, le français Thomas Voeckler avait fait longtemps course en tête lors de ce Monument qu'est le Tour de Lombardie. Mais les Katusha ont préparé la victoire de leur leader, Joaquim Rodriguez, depuis longue date et se mettent à rouler pour rattraper le courageux mais seul échappé. A 11 kilomètres de l'arrivée, le français est rejoint par le peloton, un peloton qui a perdu Vincenzo Nibali sur chute, une semaine après sa décevante quatrième place à Florence. Dans l'ultime montée, Thibaut Pinot décide d'attaquer mais ne parvient pas à distancer un groupe de favoris. C'est Rodriguez qui prend l'initiative de s'en aller. Au moment de basculer, l'espagnol ne compte qu'une poignée de secondes sur ses poursuivants, une poignée de secondes suffisante pour lui permettre de conserver son titre sur les routes lombardes et d'exulter une semaine après l'une des plus grosses désillusions de sa carrière.

    Ils n'ont rien pu faire

    L'envie de Rodriguez était trop forte pour que ses concurrents puissent l'empêcher de remporter la dernière classique de la saison. Le tout récent vice-champion du monde a devancé son compatriote, celui à qui il en veut toujours d'avoir laissé partir Rui Alberto Faria da Costa, une erreur fatale pour "Purito", Alejandro Valverde Belmonte. Le leader de la Movistar n'a pas pu suivre le meilleur puncheur du peloton qui en voulait plus. Troisième, le jeune et talentueux polonais, Rafal Majka (Saxo-Tinkoff), 7ème du dernier Giro d'Italia, complète le podium. La plus mauvaise place, elle, revient à l'irlandais Daniel Martin, tout de même vainqueur de Liège-Bastonne-Liège cette saison devant... Rodriguez. Ce dernier se console avec un maigre Tour de Lombardie, mais ce n'est pas rien comme classique. Aussi, autre lot de consolation, l'espagnol est sûre de terminer numéro un mondial cette saison. Comme quoi, pas la peine de remporter un grand tour ou un championnat du monde pour être le meilleur coureur du peloton pour la deuxième année consécutive.

    Nico


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :