• Vuelta 2014: le meilleur reste à venir

    Après la première arrivée en altitude de ce Tour d'Espagne 2014, nous avons eu droit à deux étapes de transition. Si la première échappée gagnante de la Vuelta 2014 a sacré Alessandro de Marchi, Nacer Bouhanni a remis les choses au clair aujourd'hui.

    _VE_2014_0800_LIV01
    Nacer Bouhanni lève les bras pour la seconde fois sur ce Tour d'Espagne 2014 qui lui réussit plutôt bien pour l'instant.

    7ème étape: De Marchi récompensé de ses efforts

    ganador7

    Elu super-combatif du Tour de France en juillet dernier, l'italien de la Cannondale, futur pensionnaire de la BMC, Alessandro De Marchi, a vu ses efforts payer en remportant la septième étape du Tour d'Espagne 2014, théâtre de la première échappée gagnante de cette 69ème édition. Les sprinters ayant du mal à aller au bout, les chances augmentaient pour les attaquants qui se sont disputé les places dans l'échappée du jour. S'ils sont vingt à attaquer, le peloton ne laissera partir que quatre hommes, Alessandro de Marchi, Johann Tschopp, Ryder Hesjedal et le français d'AG2R, Hubert Dupont. Quatre hommes en tête et un coup de théâtre dans le peloton avec une chute de Christopher Froome ! Le britannique n'est décidément pas chanceux cette saison même s'il réussira à rentrer sans problème. Cette septième étape est donc mouvementée dès le départ et les premiers abandons arrivent après sept jours de course, une première depuis 1996. Devant, l'échappée sent qu'elle peut aller au bout mais le peloton commence à mettre en marche...trop tard puisqu'il se relève, laissant le luxe au quatuor de tête de se disputer la victoire d'étape. Une accélération de De Marchi qui fait craquer Dupont, une chute de Ryder Hesjedal et l'italien de la Cannondale se retrouve seul en tête avec un Johann Tschopp bien décidé à le rattraper, chose qui n'arrivera jamais. Fort de son Tour de France réussi, De Marchi résiste à ses trois poursuivants pour aller lever les bras en solitaire à Alcaudete. Il devance de plus d'une minute trente Ryder Hesjedal, Hubert Dupont et Johann Tschopp qui a craqué sur la fin. Dans le peloton, le sprint fait mal et Warren Barguil est victime d'une chute même s'il n'aura rien de cassé. Une septième étape qui valait le détour mais qui n'a cependant rien changé au classement général avec un Valverde toujours leader.

    8ème étape: Nacer Bouhanni ne meurt jamais

    _VE_2014_0800_LIV05

    Battu de justesse par John Degenkolb mercredi, arrivé à trente secondes d'un hors-délai jeudi, Nacer Bouhanni était loin de la forme qu'il avait montrée pour s'imposer en costaud lors de la deuxième étape il y a une semaine. Oui mais voilà, nous connaissons le caractère d'acier du sprinter français qui s'est vu aujourd'hui. Le lendemain d'une septième étape mouvementée, le peloton n'avait pas la tête à faire le spectacle et a contrôlé deux hommes partis ce matin, Elia Favilli et Francisco Javier Aramendia. Les deux fuyards n'ont néanmoins pas réussi à aller au bout puisque les Sky et les Tinkoff-Saxo étaient beaucoup trop affamés pour leur permettre d'aller au bout. Les deux équipes ont tenté un coup de bordure, étant même aidée par la Trek et OP-QS. Si Quintana et Valverde ont souffert, ils ont réussi à s'accrocher pour rentrer à cinq kilomètres de l'arrivée ! L'arrivée, on en parle, elle a eu lieu, sans surprise, au sprint massif. A ce petit jeu, les trois équipes de sprinters, la Giant, la FDJ.fr et OGE, se sont encore livré bataille. Au final, une semaine après avoir levé les bras à San Fernando, Nacer Bouhanni a récidivé dans les rues d'Albacete en devançant Michael Matthews et...Peter Sagan, de retour aux choses sérieuses après une semaine sabatique passée dans le peloton, alors que John Degenkolb a décroché la quatrième place. Triple vainqueur d'étape sur le Giro, le français de la FDJ.fr est encore en forme et brille sur les routes de la Vuelta où il récupère de précieux points WT pour sa future formation, la Cofidis, qui a vu son leader, Dani Navarro, perdre du temps dans la bordure, près d'une minute alors qu'il avait très bien résisté à la Zubia. Autres piégés, Kenny Elissonde, Maxime Bouet ou encore Adam Yates qui ont concédé plus de deux minutes au classement général. 

    Demain, ce sera la deuxième des huit arrivées en altitude prévues lors de cette 69ème édition de la Vuelta. Entre Carboneras de Guadazaon et Aramon Valdelinares, le début d'étape sera assez plat avant que les choses sérieuses ne commencent avec une côte de troisième catégorie, le Puerto de Cabigordo, suivie, en fin d'étape, par un enchainement de deux grimpeurs, un col de deuxième catégorie, l'Alto de San Rafael, et la montée finale classée en première catégorie, l'Aramon Valdelinares. Cette dernière n'est qu'un avant-goût de ce qui va attendre les coureurs par la suite avec huit kilomètres à une pente moyenne de 6,6% et des passages maximum à 8,5%, le dernier kilomètre est par ailleurs le plus simple. Les favoris pourront cependant s'expliquer une nouvelle fois ce qui devrait nous offrir un très beau spectacle, notamment dans les 35 derniers kilomètres.

    Source photos (lavuelta.com)

    Nico


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :